Accueil

 

Le RED (Réseau d’Echange et d’Expérimentation pour la Diffusion du cinéma Documentaire) créé voici quatre ans regroupe à la fois de grands festivals internationaux, des salles de cinéma et des associations de salles, mais aussi des associations de diffusion dont les formes d’action et les histoires sont très différentes. Tous sont engagés dans la diffusion du cinéma documentaire et soucieux de défendre une approche créative du documentaire. Tous sont désireux de partager et de promouvoir la culture et la richesse du cinéma documentaire avec le public et l'ensemble de ceux qui contribuent à le faire exister.

Les membres du RED sont liés par une charte commune minimale (1) et par l’intérêt que chacun trouve à participer à un groupe de travail permettant à la fois de partager des expériences et des analyses, mais aussi de mettre en place des initiatives communes concrètes.
La perspective de créer des dynamiques susceptibles d’aider à la diffusion du cinéma documentaire, par la circulation d’œuvres à l’origine non sous-titrées en français (et dont la diffusion se limite trop souvent aux seuls festivals internationaux), a été l’une de ces premières questions concrètes sur lesquelles le RED a travaillé.
Ce travail a abouti à la création d’un prix RED VETRACOM (2) dans plusieurs festivals. Ce prix permet la prise en charge du coût de l’incrustation des sous-titres français (réalisés par/pour les festivals) sur une Béta Numérique, et facilite ainsi la circulation de ce film dans les pays francophones.
Le RED se réunit plusieurs fois par an lors de grands rendez-vous du documentaire. Les nouveaux membres sont admis par cooptation.


(1) « Charte » d'engagement des membres du RED
Chaque structure s’engage à intégrer sur son site internet une page web consacrée au réseau et incluant des liens vers les sites des autres structures adhérentes.
Chaque structure s’engage à apporter sa contribution au fonctionnement du réseau en alimentant régulièrement la liste de diffusion.
Chaque structure s’engage à assister aux réunions (au moins une par an).

(2) Le Prix RED-VECTRACOM est remis par un jury composé de membres du RED, lors du festival Cinéma du Réel pour une première édition. Ce prix pourra être également mis en place dès cette année aux Etats Généraux du cinéma Documentaire (Lussas), et au Festival International du film de Belfort (EntreVues) suivis de plusieurs autres festivals français à venir.
Ce prix permet la prise en charge par VETRACOM du coût de l’incrustation des sous-titres français sur une cassette Beta Numérique.
La gestion de cette copie sous-titrée est confiée à Documentaire sur Grand Ecran qui signe un contrat spécifique avec l’ayant droit du film.
Le film est alors disponible à la location pour les membres du RED et toute structure qui voudrait diffuser le film dans un cadre non-commercial.
Nous espérons pouvoir ainsi mettre à leur disposition quatre à cinq films étrangers par an.


Structures membres du RED
L'ACRIF - L'ACOR - L’ADDOC - L'ALHAMBRA CINEMARSEILLE - ASSOCIATION ARDECHE IMAGE (Etats généraux du documentaire de Lussas) - CINEMA DU REEL - CINE NANTES LE CINEMATOGRAPHE - DOC NET FILMS - FILMDOCUMENTAIRE .FR - DOCUMENTAIRE SUR GRAND ECRAN - LES ECRANS DOCUMENTAIRES - FESTIVAL DEI POPOLI - LE GNCR - GULLIVER - IMAGES EN BIBLIOTHEQUE - PERIPHERIE & LES RENCONTRES DU CINEMA DOCUMENTAIRE - PEUPLE ET CULTURE CORREZE - PEUPLE ET CULTURE MARSEILLE - LES YEUX DE L'OUIE - VOIR ET AGIR - LE CAFE DES IMAGES HEROUVILLE SAINT CLAIR - FID MARSEILLE - FILMER A TOUT PRIX - LE PETIT CINE - VIDEO LES BEAUX JOURS - CINEMA l'ETOILE LA COURNEUVE - TRACES DE VIE - ATMOSPHERES 53 (MAYENNE) - AUTOUR DU 1ER MAI - CFE - COMPTOIR DU DOC - ENTREVUES Festival de Belfort - LE FOND ET LA FORME - L'ESPACE CINEMA - LES YEUX DANS LE MONDE - PEUPLE ET CULTURE CANTAL - RENCONTRES CINEMA DE MANOSQUE - FESTIVAL ZINEBI (BILBAO) - RIDM


RED -
Réseau d'échange et d'expérimentation
pour la diffusion du cinéma documentaire

Texte fondateur, printemps 2005
Responsables de salles de cinéma, de festivals, de structures associatives, de collectifs et d'institutions, tous engagés dans la diffusion du cinéma documentaire, nous sommes soucieux de défendre une approche créative du documentaire, d'en partager et d'en promouvoir la culture et la richesse avec le public et l'ensemble de ceux qui contribuent à le faire exister.
RED voit le jour aujourd'hui comme lieu de débat et d'expérimentation, de collaboration et d'échange.
RED nous permettra d'agir pour une meilleure circulation des oeuvres, de mettre en commun nos expériences, nos idées et nos ressources, d'étudier de possibles programmations communes, de combattre la dispersion ou l'isolement qui guettent parfois nos initiatives.
A l'heure où le terme documentaire recouvre une quantité imposante de films divers, où les manifestations qui le diffusent se multiplient, alors même que le formatage s'étend, notre engagement doit également contribuer à la réflexion sur les formes du documentaire et son esthétique. Si RED vise en premier lieu le développement de la diffusion du cinéma documentaire, nous entendons aussi qu'il prenne toute sa place dans la création cinématographique et son histoire.

Structures fondatrices
L'ACRIF - L'ACOR - ADDOC - L'ALHAMBRA CINEMARSEILLE - ASSOCIATION ARDECHE IMAGE LUSSAS - LE CAFE DES IMAGES HEROUVILLE SAINT CLAIR - CINEMA l'ETOILE LA COURNEUVE - FESTIVAL CINEMA DU REEL - CINE NANTES LE CINEMATOGRAPHE - DOC NET FILMS - DOCUMENTAIRE SUR GRAND ECRAN - LES ECRANS DOCUMENTAIRES - FESTIVAL DEI POPOLI - FID MARSEILLE - FILMER A TOUT PRIX - LE GNCR - GULLIVER - LE PETIT CINE - PERIPHERIE & LES RENCONTRES DU CINEMA DOCUMENTAIRE - PEUPLE ET CULTURE CORREZE & MARSEILLE - VIDEO LES BEAUX JOURS - LES YEUX DE L'OUIE


 

Les structures du réseau :

L’ACRIF - association des cinémas recherche en Ile de France - a été créée en 1981 par des programmateurs de salles de cinéma de la région parisienne et regroupe actuellement une cinquantaine d’établissements. Autant de villes, autant de situations spécifiques et une ambition commune : faire connaître des lieux de cinéma qui proposent aux publics un travail singulier de programmation et d’animation.
Nos actions ont pu se développer et se poursuivre grâce au soutien de la DRAC et du Conseil Régional Ile de France.

Notre association a pour objets :
. D’être un lieu de réflexion : elle permet aux équipes des salles de mettre en commun leurs expériences, d’échanger sur leurs pratiques et d’explorer de nouvelles pistes de travail.
. De soutenir et favoriser la promotion de films qui, par leur aspect novateur et leur distribution plus fragile économiquement, éprouvent davantage de difficultés pour rencontrer un public : des films jeune public et tout publics classés "art et essai et recherche", des documentaires, des courts et des moyens-métrages, des cinématographies étrangères peu connues.
. De travailler à l’élargissement et à la formation des publics et des équipes, en organisant par exemple, des Journées ACRIF : Colloques « Pour une jeunesse libre de ses choix les nouvelles pratiques cultuelles des français », « Qu’est-ce qu’un film populaire ?... », journées de formation « présenter et accompagner les films documentaires auprès du jeune public », « Atelier Ozu », « Atelier Serge Daney » etc...
. D’être une force de proposition face à la nouvelle situation générée par la création des multiplexes et des cartes illimitées (...) et de favoriser, par effet de miroir, la réflexion sur l’identité de nos salles : « Lieux culturels et/ou commerciaux ? », « Problématique de la transmission du cinéma aux publics, quelles modalités ? », « Réinterroger l’action culturelle ».
. De coordonner lycéens et apprentis au cinéma en Ile de France, en partenariat avec l’association Cinémas Indépendants Parisiens. Ce dispositif a été initié en Ile de France par le Conseil régional dans le cadre de la convention de développement cinématographique entre l’Etat, la Région et le Centre National de la Cinématographie. Favoriser l’évolution du regard portée par les lycéens et les apprentis sur des cinématographies peu connus d’eux, voire rejetées, mettre en valeur leur capacité à cerner les enjeux d’un film, contribuer à donner à leur pratique du cinéma une autre dimension, plus ouverte et complexe que la simple approche du divertissement, tels sont les objectifs modestes et ambitieux de Lycéens et apprentis au cinéma en Ile de France.
. De coordonner le Mois du film documentaire en Ile de France.


Hélène Jimenez, Directrice de l'Acrif et Déléguée régionale Lycéens et Apprentis au cinéma
Tel +33 (0)1 48 78 73 72 - jimenez@acrif.org

Quentin Mével, Délégué Général de l'Acrif
Tel +33 (0)1 48 78 73 71 - mevel@acrif.org

Laurence Deloire, Coordinatrice Lycéens et Apprentis au cinéma
Tel +33 (0)1 48 78 73 70 - deloire@acrif.org

Nicolas Chaudagne, Chargé de mission Lycéens et Apprentis au cinéma, responsable des CFA
Tel +33 (0)1 48 78 14 18 - chaudagne@acrif.org

Natacha Juniot, Chargée de la coordination des salles ACRIF et d'actions culturelles Lycéens et Apprentis au cinéma
Tel +33 (0)1 48 78 73 79 - juniot@acrif.org

ACRIF
Association des Cinémas de Recherche d’Ile de France
57 rue de Châteaudun
75009 Paris
Tel +33 (0)1 48 78 14 18
Fax +33 (0)1 48 78 25 35
contact@acrif.org

http://www.acrif.org


 

ACOR — Association des cinémas de l'ouest pour la recherche
bureaux : Port de Vallée - 49320 ST-SULPICE-SUR-LOIRE - FRANCE
tél : + 33 2 41 57 11 08 - tél : + 33 2 41 57 14 03
présidente : Geneviève Troussier genevieve.troussier@club-internet.fr / 06 80 32 36 21
contact : Catherine Bailhache cafbailhache@free.f / 06 88 37 32 65


Créée en 1982, l’ACOR est une association inter-régionale implantée dans six régions de l’ouest de la France – Bretagne, Centre, Haute et Basse-Normandie, Pays-de-la-Loire et Poitou-Charentes. Elle regroupe une trentaine de structures (cinémas pour la plupart labellisés « recherche » et associations) tournés vers la défense de l’art et essai et de la recherche dans le cinéma. L’ACOR a pour principal objectif la mise en œuvre, seule ou en collaboration avec des partenaires extérieurs, de pratiques communes de programmation, d’animation et de promotion des films, destinés à favoriser la découverte de nouveaux spectateurs et la rencontre des publics avec des œuvres cinématographiques et audiovisuelles variées et de qualité.


L'ACOR : Scène Nationale à Dieppe (76) – l’Eden/le Volcan au Havre (76) – l’Ariel à Mont-Saint-Aignan (76) – l’Espace Aragon à Oissel (76) – Lux à Caen (14) – le Café des images à Hérouville-St-Clair (14) – le Majestic à Lisieux (14) – le Club 6 à Cherbourg (50) – le Dauphin à Plougonvelin (29) – l’Arvor à Rennes (35) – le Ciné-TNB à Rennes (35) – le Concorde à Nantes (44) – le Cinématographe à Nantes (44) – le Jacques Tati à Saint-Nazaire (44) – le Ciné-Club Yonnais à La Roche/Yon (85) – Atmosphère 53 à Mayenne (53) – les 400 Coups à Angers (49) – le Ciné-Poche au Mans (72) – l’Apollo à Châteauroux (36) – les « Studio » à Tours (37) – Ciné’fil à Blois (41) – les Carmes à Orléans (45) – le Vox à Château-Renard (45) – salle Nemo à Angoulême (16) – la Coursive, scène nationale à La Rochelle (17) – le Moulin du roc à Niort (79) – le Théâtre à Poitiers (86).


Depuis 1992, l’ACOR compose chaque année une programmation spécifique sur un nouveau thème et, depuis 1995, édite à cette occasion un ouvrage d’une cinquantaine de pages.

Après :

LE CINEMA MEURTRI, un siècle de censure à l'écran, coordonné par Patrick Leboutte - Ed.Acor © 1995 (ouvrage épuisé)
VIOLENCES DU CINEMA, coordonné par Carole Desbarats - Ed.Acor © 1996
LE PLAISIR DES LARMES, consacré au mélo, coordonné par Carole Desbarats - Ed.Acor © 1997
JE EST UN FILM, consacré au cinéma autiobiographique, coordonné par Alain Bergala - Ed.Acor © 1998
LA RAISON EN FEU ou la fascination du cinéma pour la folie, coordonné par Carole Desbarats - Ed.Acor © 1999
L'EPREUVE DU MONDE entre réel et fiction, coordonné par François Niney - Ed.Acor © 2000
DERRIERE LA PORTE i les secrets de famille, au cinéma, coordonné par Carole Desbarats - Ed.Acor © 2001
DERRIERE LA PORTE II pouvoirs du secret… au cinéma, coordonné par Carole Desbarats - Ed.Acor © 2002
MECANIC CINEMA machines, outils, objets divers, coordonné par Emmanuel Burdeau - Ed.Acor © 2003
LE PREJUGE DE LA RAMPE pour un cinéma déchaîné, coordonné par Bernard Benoliel - Ed.Acor © 2004

C'est Emmanuel Burdeau, rédacteur en chef des Cahiers du cinéma, qui coordonnera le prochain opus, avec une réflexion autours des acteurs. A paraître en janvier 2006.

Haut de page


ADDOC

FFondée en 1992, Addoc est un espace de rencontre et de réflexion ouvert aux cinéastes, aux techniciens et plus largement à toute personne impliquée dans la création documentaire.??

L’association s'est développée autour d'une double vocation. D’une part, elle mène un travail de défense du documentaire de création, d’autre part, elle cherche à construire une pensée vivante du cinéma documentaire en permettant la réflexion et l’échange à partir de la pratique.??

Addoc est engagée dans un travail d’analyse et de propositions dans les débats questionnant la définition de l’œuvre, les mécanismes de soutien, les conditions de création et de diffusion, la télévision publique (etc...) et défend particulièrement l’idée que le cinéaste est à l’initiative de l’œuvre.??
Addoc collabore étroitement avec, entre autres, des associations comme la SRF - Société des réalisateurs de films.

Les activités d’Addoc reposent principalement sur le travail de réflexion mené dans chaque atelier de l’association. Ateliers qui traitent tout autant du pourquoi que du comment de nos films, de l’éthique que de la pratique. Ce travail commun permet l’organisation de tables rondes, de débats et de projections auxquels est convié un public de professionnels, de jeunes cinéastes, mais aussi tous ceux que le documentaire intéresse. Les ateliers sont la vie même de l’association.

Par notre action, nous cherchons à regrouper les créateurs, souvent isolés, et à défendre ainsi avec plus de force la diversité des représentations du réel. Lier questions pratiques, engagements esthétiques et politiques, constitue pour nous un prolongement et un enrichissement de notre métier de cinéaste.??

1994, publication d’un premier Manifeste.
Addoc se mobilise déjà contre la logique marchande du service public et affirme qu’avec elle « est escamotée la question de qui parle, qui regarde, qui écoute. Là où n’est plus à l’œuvre l’engagement d’un auteur, le spectateur n’est plus considéré comme personne et comme citoyen ».

2002, dix années de réflexion et d’échanges autour de nos pratiques ont permis d’élaborer les notions clefs actuelles du travail documentaire. Elles aboutissent à la publication du livre Cinéma documentaire : manières de faire, formes de pensée, devenu ouvrage de référence.
D’autres parutions suivront : Comment peut-on anticiper le réel ? (suivi de "Monsieur contre Madame", scénario de Claudine Bories), Filmer le passé dans le cinéma documentaire (suivi du scénario de Henri-François Imbert "No pasaran! Album souvenir"), La police des images (suivi du scénario "Faux et usage de faux" de Jacques Falck et Jérôme Neutres), Le Style dans le cinéma documentaire.

2004, Addoc organise le premier Salon des Refusés du documentaire, en partenariat avec le Forum des Images. 554 films refusés, censurés ou amputés par les chaînes nationales hertziennes sont présentés au public pendant un mois. L’occasion de débattre de l’audimat, du formatage et d’interpeller le service public sur le sens de sa mission.

2007, Addoc met en place le Tour d’Europe du doc en collaboration avec treize associations de documentaristes et producteurs européens. Cinq jours de projections dans Paris de films européens, en présence des réalisateurs. Cinq jours pour interroger la création documentaire et son économie au niveau européen.
La manifestation s’articule autour de projections de documentaires européens, de tables rondes et de rencontres avec les cinéastes. Elle est organisée en partenariat avec la Maison de l’Europe, les centres culturels et les associations de documentaristes étrangers : Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, France, Finlande, Grande-Bretagne, Italie, Pays-Bas, Portugal, Suisse, République Tchèque et Turquie.

2008, Addoc n’organise pas de manifestation « phare ». Toutefois, l’ouverture aux cinéastes européens se poursuit par l’organisation des Lundis du doc, une projection mensuelle au Centre Wallonie Bruxelles, cycle de projections de films européens en présence des réalisateurs.
Ces projections se font en partenariat avec les centres culturels étrangers à Paris, et une nouvelle collaboration se tisse avec Paris-bibliothèques. Ceci renforce la coopération avec les médiathèques, des lieux importants de diffusion du documentaire de création.


Le travail en réseau d’Addoc se densifie notamment depuis la fin de l’année 2007 avec le ROD (Réseau des Organisations du Documentaire) et depuis 2006 avec le RED (Réseau d’Echange et d’Expérimentation pour la Diffusion du cinéma Documentaire).

Le ROD s’est fortement investi dans l’élaboration d’un fonds d’aide à la création pour des projets de films documentaires ne bénéficiant pas du soutien d’un diffuseur. Grâce à une étroite collaboration avec le CNC, le ROD se réjouit d’avoir vu naître en 2008 l’Aide au Développement Renforcé.


Les ateliers actuels de l’association

Atelier Partage d’écriture
L’atelier « Partage d’écriture » renoue avec un des fondements d’Addoc qui est la réflexion basée sur les pratiques des cinéastes. L’atelier a démarré en février 2008, nous nous sommes réunis quasiment tous les quinze jours afin de partager et d’échanger autour des projets de chacun. Cet atelier est un lieu d’entraide et de recherche de soi : les membres s’attachent autant à la lecture critique des projets d’autrui qu’à la présentation de son propre travail.
L’écriture a été envisagée au sens large, comme processus de création. Les réflexions portent principalement sur deux moments particuliers de l’élaboration d’un film : l’écriture avant tournage, celle qui préfigure le film et la réécriture du film au moment du montage. Chaque membre de l’atelier présente un/des projet(s). Certains oralement, d’autres par quelques lignes écrites, d’autres encore avec des projets avancés.
De cette année d’échanges, ressort une tendance. Bien que nous revendiquions la singularité, la diversité, le point de vue d’auteur, la recherche d’une écriture personnelle reste l’enjeu majeur car nous avons tendance à nous «cacher» derrière de l’information, certes intéressante pour exprimer un contexte, mais peu convaincante pour donner l’idée d’un film. Comme si l’écrit nous ramenait au sujet. D’où la proposition de travailler cette question de la problématique du risque du « je », lors du débat qu’Addoc animera, comme chaque année, au Cinéma du Réel.

La Chaîne de projection
La Chaîne de projection associe le plaisir de découvrir un film et son réalisateur à la convivialité d’un repas partagé dans un appartement privé. Sa particularité : à chaque projection, le réalisateur du film invité choisit le film de la séance suivante. Chaque film projeté forme donc un maillon de chaîne.
Le cadre intime dans lequel se déroulent ces soirées très conviviales et le débat qui accompagne le film permettent des échanges privilégiés entre professionnels et avec le public. En 2008, deux soirées ont réuni chacune une quarantaine de personnes.
Depuis sa création en 1996, une cinquantaine de réalisateurs et réalisatrices ont participé à la Chaîne d’Addoc parmi lesquels : Henri François Humbert (premier réalisateur invité), Jacques Kébadian, Dominique Dubost, Denis Gheerbrant, Dominique Cabrera, Luc Leclerc du Sablon, Joseph Morder, Danis Tanovic, Claudio Pazenzia, Boris Lehmann, Marcel Hanoun, José Bersoza, Bernard Gesbert, André S. Labarthe, Guy Girard, Claude Ventura, Michel Fresnel, Mustapha Hasnahoui, Timon Koulmasis, Véronique Aubouy, Isabelle Rèbre, Anne Morin, Arnaud des Palières, Juliette Cahen, Ralph Arlyck, Elizabeth Leuvrey, Marc Petitjean.

Atelier d’Education à l’image
Cet atelier mis en place au cours de l’année 2008 réunit les membres d’Addoc qui ont une expérience dans le domaine de l’éducation à l’image. L’atelier vise à établir la spécificité d’Addoc dans le domaine de l’éducation à l’image et à analyser les difficultés rencontrées sur le terrain.
Nous avons défini des cadres d’intervention propres à Addoc et commencé à rassembler de nombreux outils pédagogiques.
Nous avons le projet de réaliser une collection de DVD qui pourrait avoir comme ligne éditoriale : qu’est-ce que le cinéma documentaire du point de vue des cinéastes ?

Les Lundis du doc déjà présentés dans la chronologie ci-dessus (année 2008).

Atelier temps
La dernière saison intitulée "Le temps qui passe, le temps qui reste" a clôturé quatre années d’atelier pendant lesquels 35 films ont été montrés, la plupart du temps en présence de leur réalisateur. Les débats, animés par les membres de l'atelier ont été systématiquement enregistrés. Un travail est en cours afin de préparer une publication qui rendra compte de la richesse d’une telle expérience où le spectateur travaille aux côtés des cinéastes à l’exploration et au renouvellement de l’outil critique du cinéma documentaire. Cette publication constituera le prochain numéro de la collection Cinéma Documentaire (L’Harmattan), dirigée par François Caillat, membre d’Addoc.

Aujourd’hui plus que jamais, il s’agit de réaffirmer notre volonté de donner du monde des représentations singulières qui nous engagent et engagent le spectateur. Nous considérons que c’est ainsi que notre association a le plus de chances d’enrichir le cinéma documentaire à venir.

Chaque mois, les membres de l’association se réunissent à l’occasion du Conseil d’Administration.

Addoc est soutenu par le CNC et la SCAM.


Coordination - Meryl Moine

ADDOC - Association des cinéastes documentaristes
14 rue Alexandre-Parodi
75010 Paris
Tél : +33 (0)1 44 89 99 88
Fax : +33 (0)1 44 89 89 11
courrier@addoc.net

http://www.addoc.net

Haut de page


ALHAMBRA CINEMARSEILLE


Un autre cinéma du côté de l’Estaque.
Depuis 18 ans, l’Alhambra, équipement culturel de la Ville de Marseille, développe une action culturelle cinématographique permanente en vue d’être, du point de vue du cinéma et de la pédagogie, à l’échelle de l’aire marseillaise, un lieu de référence et un pôle d’excellence.
L’Alhambra, c’est le cinéma de tous les cinémas, dans sa grande et unique salle, son équipe propose au public des films et des rencontres avec : des films grand public, des films pour les enfants, des documentaires, des films Art et essai, du patrimoine, des cycles, des ciné concerts, des expositions... Tous ces rendez-vous réunissent chaque année plus de 40 000 spectateurs.
Ce projet se développe dans sa relation avec le public, notamment les enfants et les jeunes. Ainsi, chaque saison, ce sont plus de 5 000 élèves issus des établissements scolaires des Quartiers Nord qui fréquentent régulièrement le cinéma dans le cadre des dispositifs scolaires (Ecole et Cinéma, Collège au Cinéma, Lycéens au cinéma).

Pôle régional d’éducation artistique et de formation au cinéma
La dimension régionale de l’action de l’Alhambra se concrétise par, un travail de formation, de recherche pédagogique et aussi par le développement du site de Porquerolles comme lieu spécifique d’expérimentations. Dans ce cadre le Pôle produit et édite des outils pédagogiques : Praxinoscope, logiciel l’im@son, DVD (La place de l’expérience artistique dans le développement de l’enfant - entretien avec Philippe Meirieu, La vie cachée de la Durance).

L’Alhambra et le documentaire
Le cinéma documentaire constitue un des axes fort du travail de diffusion. Très régulièrement des films documentaires sont diffusés et souvent en exclusivité (« Après, un voyage dans le Rwanda » de Denis Gheerbrant, « Le Ciel tourne » de Mercedes Alvarez, « Mur » de Simone Bitton, « A l’Ouest des Rails » de Wang Bing, « Rivers and Tides » de Thomas Ridelsheimer), des avants-premières et séances spéciales (« Un nom pour la BP 134 » de Jeff Comminges, « Allez l’OM » de Vassili Silovic, « Mères Amères » de Bania Medjbar), et des cycles (Intégrale Comoli/Samson sur la vie politique marseillaise, Richard Copans, Filmer l’Ecole, Rencontres tziganes, Des cinéastes dans la ville).
Du côté de l’initiation, les ateliers mis en place proposent très souvent des situations pédagogiques qui permettent d’expérimenter un processus de création qui se situe dans le champ du cinéma documentaire. Enfin des films comme « Nanouk l’Esquimau » ou « Chang » sont diffusés aux enfants et enseignants des écoles qui suivent le dispositif Ecole et Cinéma.
Un stage Ateliers Varan financé par le Conseil Régional P.A.C.A a été accueilli à l’Alhambra et a permis à un public ne relevant pas des financements AFDAS de suivre un tel stage.


Jean-Pierre Daniel - directeur
William Benedetto - directeur adjoint


L’ALHAMBRA CINEMARSEILLE
2 rue du Cinéma
13016 MARSEILLE
Tel +33 (0)4 91 46 02 83
Fax +33 (0)4 91 03 74 08
alhambra13@wanadoo.fr

http://www.alhambracine.com

Haut de page


ASSOCIATION ARDECHE IMAGES - Lussas


Permettre au plus grand nombre d’accéder à une connaissance théorique et pratique de la création documentaire, tout en oeuvrant à la constitution et au renforcement du réseau professionnel, reste l’objectif prioritaire de l’association Ardèche Images fondée en 1979.

Depuis 1989, l’association Ardèche Images développe plusieurs pôles d’activités dans le village Ardéchois de Lussas : un festival « les États Généraux du Film Documentaire », un pôle de formation national (résidences d’écriture et Master de réalisation de documentaire de création), un centre de ressources « la Maison du doc’» et un pôle de formation international (résidences d’écriture, formations producteurs en Afrique, au Cambodge et en Sibérie).?

Ardèche images
Le Village
07170 Lussas
Tel +33 (0)4 75 94 28 06
Fax +33 (0)4 75 94 29 06
lussas.documentaires@wanadoo.fr
http://www.lussasdoc.com?


Les États généraux du Film Documentaire
Créé en 1989 à l'initiative de la "Bande à Lumière" et de l'association "Ardèche Images", les "États généraux du film documentaire" œuvrent à ouvrir tous les publics au documentaire : faciliter les rencontres entre les différentes catégories professionnelles et les étudiants en cycle artistique, cinéma et audiovisuel, privilégier les échanges entre les professionnels et le public, et favoriser ainsi l’émergence des œuvres et leur circulation, mais aussi participer à l’éducation à l’image des plus jeunes et à la sensibilisation de tous les publics au documentaire, en constituent les enjeux.
Festival non compétitif, la spécificité de la manifestation et son originalité tiennent à sa ligne éditoriale. La programmation s’articule autour de trois axes : les séminaires ou ateliers, les stages et rencontres professionnelles, et les sections de programmations de films.

Déléguée générale - Pascale Paulat
Directeur de production - Christophe Postic
Directeur technique - René Rey
Attaché de production - Brieuc Mével

Tel +33 (0)4 75 94 28 06
Fax +33 (0)4 75 94 29 06
lussas.documentaires@wanadoo.fr
http://www.lussasdoc.com


La Maison du doc’, centre de ressources sur le cinéma documentaire
Créée en 1994, elle est née de la dynamique de diffusion et de production de films documentaires développée à Lussas depuis de nombreuses années. Elle a pour objectif d'accompagner la création documentaire en favorisant la diffusion des films à travers plusieurs missions : le repérage, le collectage et l'inventaire des films dans une base de données informatique (11 000 titres disponibles en ligne), l'archivage et la conservation de la mémoire du documentaire dans une vidéothèque (9 000 titres), la diffusion de l'information autour du documentaire en direction des professionnels et de l'ensemble des réseaux du savoir, de la formation et de l'animation socioculturelle.

Documentaliste, responsable de La Maison du doc’ - Geneviève Rousseau
Assistantes documentalistes - Véronique Fournier et Annette Stall
Tel +33 (0)4 75 94 25 25
Fax +33 (0)4 75 94 26 18
http://www.lussasdoc.com
lussas.maison@wanadoo.fr


Le Master 2 de Réalisation de documentaire de création
Créé en 2000 dans le cadre d’un partenariat original avec l’Université Stendhal de Grenoble ce Master de réalisation documentaire de création propose à 12 étudiants (formation initiale et continue) une formation diplômante dont l’organisation et le contenu s’apparente à ceux dispensés par les Ecoles d’Art.
La pratique instrumentale des outils matériels et conceptuels du cinéma est au cœur de cet enseignement qui se déroule huit mois sur dix à Lussas sous la responsabilité d’intervenants qui allient tous une grande expérience de formation à une pratique de leur métier de cinéaste ou de techniciens.

Responsable - Chantal Steinberg
Tel +33 (0)4 75 94 05 31
lussas.école@wanadoo.fr
http://www.lussasdoc.com


La formation à l’écriture documentaire ou «résidence d’écriture de Lussas»
Ardèche images a mis en place, depuis 1997, une formation à l'écriture destinée à accueillir des auteurs réalisateurs, y compris débutants.
La formation a pour objectif de permettre au stagiaire d’identifier les questions de cinéma qui présideront à la réalisation de son projet et de développer le travail d’écriture du projet afin de le proposer aux professionnels (producteurs, diffuseurs, etc...). Encadrés, tout au long de la Résidence par un formateur principal, (auteur réalisateur), les stagiaires bénéficient également de l’intervention de plusieurs autres professionnels :
un opérateur / réalisateur pour des exercices pratiques à la caméra en rapport avec chaque projet et deux réalisateurs qui viennent "lire" et analyser les projets à mi-parcours. Les séances de travail individuel alternent, durant toute la durée de la formation, avec une réflexion de groupe sur chacun des projets, nourrie du visionnement collectif (et individuel) et de l’analyse d’un nombre important de films documentaires (mais pas seulement).

Responsable - Chantal Steinberg
Tel +33 (0)4 75 94 05 31
lussas.école@wanadoo.fr
http://www.lussasdoc.com


Les Rencontres de juin de Lussas
Mise en place en 2004 cette action professionalisante d’ampleur nationale est conçue comme un complément indispensable aux actions de formation (Master, Résidence).
Elle se propose en effet, dans le cadre d’un rendez-vous national, de permettre l’établissement toujours difficile d’un lien professionnel entre jeunes porteurs de projets, essentiellement élaborés dans le cadre des formations de Lussas, et le réseau des producteurs, jeunes ou confirmés.
Le dispositif propose de mettre en relation de travail pendant trois jours une quinzaine de producteurs et 25 stagiaires en vue de déclencher une collaboration effective.

Responsable - Chantal Steinberg
Tel +33 (0)4 75 94 05 31
lussas.école@wanadoo.fr
http://www.lussasdoc.com


Les Rencontres de Saint Laurent
Les Rencontres de Saint Laurent se déroulent pendant les Etats généraux du film documentaire de Lussas. Destinées à faciliter la mise en production de documentaires de création et à renforcer le réseau professionnel, ces Rencontres réunissent des couples réalisateurs/producteurs, et les responsables des unités documentaires des chaînes de télévision françaises et francophones autour de projets « aboutis » dans leur écriture.
Les projets retenus doivent être présentés par un tandem réalisateur/producteur francophone en recherche de diffuseur et avoir obtenu une aide à l’écriture en 2004/2005 (CNC, Bourse «Brouillon d'un rêve» de la Scam, Résidence d'écriture de Lussas, Africadoc, Master de Lussas, Eurodoc, ou une aide à l'écriture octroyée par les instances régionales).

Responsable - Chantal Steinberg
Tel 04 75 94 05 31
lussas.école@wanadoo.fr
http://www.lussasdoc.com


Atmosphères 53

Historique
L’association Atmosphères a été créée par des passionnés de cinéma en 1989 à Mayenne. En fusionnant avec deux associations semblables nées un peu plus tard à Laval et Château-Gontier, elle s’est dotée à partir de 1995 d’un projet départemental, a modifié ses statuts et est devenue « Atmosphères 53 ». La professionnalisation progressive de l’association s’est traduite par une nouvelle modification de statuts en 2002.

Identité
Atmosphères 53 est un mouvement d’éducation populaire qui entend faire vivre un cinéma de qualité et de proximité pour tous en Mayenne.
Son ambition est donc triple :
- Artistique : défense du 7ème art, du cinéma d’auteur ;
- Educative : contribution à la formation du sens critique et à l’ouverture culturelle ;
- Territoriale : souci de s’adresser à l’ensemble de la population, urbaine et rurale, du département.

Valeurs
La ligne de conduite de l’association Atmosphères 53 est guidée par quelques principes constants :
- Elle privilégie dans le cinéma sa dimension de création artistique et d’ouverture culturelle, même si elle n’ignore pas que le « 7ème art » comporte de multiples autres dimensions qui contribuent à l’établir comme un « fait social total ».
- Elle défend d’une manière prioritaire un cinéma exigeant, un cinéma d’auteur, dans la plus grande variété de genres, de styles, de formats, de langues et de pays.
- Elle cherche à enraciner le goût et les pratiques d’un tel cinéma dans le département de la Mayenne, en s’adressant à l’ensemble de la population.
- Elle entend aborder les films dans le respect le plus strict des conditions formelles de leur réalisation et des droits de leurs auteurs.
- Elle n’idéalise ni ne diabolise les innovations technologiques qui ont marqué l’histoire du cinéma, la dernière en date étant la numérisation. Elle s’intéresse avant tout aux possibilités qu’elles ouvrent dans sa propre perspective artistique, culturelle et éducative.

Champs d’activité
Les principaux champs d’activité de l’association sont les suivants :

Festival « Reflets du cinéma »
Il s’agit d’un festival de cinéma, sur un thème renouvelé chaque année, avec des programmations à destination du public comme des scolaires, dans l’ensemble du département.
Depuis sa création en 1997, le festival a rassemblé plus de 240000 spectateurs (1/3 public, 2/3 scolaires).
L’objectif fixé à l’origine de 30000 spectateurs n’a pas encore été atteint : la moyenne annuelle est de 20000 spectateurs (25000 sur les 6 dernières années et plus de 28000 en 2008). L’objectif de 10000 spectateurs annuels en séances publiques a été atteint une fois en 2005 ; celui de 20000 spectateurs annuels en séances scolaires a été atteint lui aussi une fois en 2008.

Sensibilisation des publics
- L’association assure des programmations régulières de films classés « Art et Essai » dans les salles de cinéma de Laval, Château-Gontier et Mayenne (jusqu’en mars 2008), épisodiquement dans les autres salles. Ces programmations, hors festival, rassemblent entre 10000 et 15000 spectateurs, pour 80 à 100 films différents, chaque année.
- L’association programme également des séances à destination de publics ciblés. Ainsi les séances « Ciné Bleu », destinées en priorité aux retraités, se sont étendues peu à peu à une majorité de cinémas du département (7 sur 10). Elles rassemblent régulièrement plus de 6000 entrées annuelles autour d’une quinzaine de 15 films différents.
- D’une manière plus épisodique, elle organise aussi des séances en salles spécifiques pour des enfants de centres de loisirs, des étudiants, telle ou telle association …
- Elle participe à des manifestations spéciales, le plus souvent en partenariat avec d’autres structures (par exemple, semaine « cinéma et santé » en Haute Mayenne).
- Atmosphères 53 programme encore, en partenariat avec la FAL 53, des séances en plein air dans le cadre du dispositif national « Passeurs d’images » (jusqu’à 40 séances en 2008).

- Elle met en place enfin des vidéo-projections mensuelles de documentaires à Mayenne, et ponctuellement en d’autres lieux, en partenariat avec des communautés de communes, des réseaux de bibliothèques…
Les critères de sélection des films sont les suivants :
. Qualité : les films proposés au public sont toujours visionnés au préalable et recommandés par au moins un responsable de l’association.
. Diversité : présentation de toutes les facettes du cinéma d’auteur (fictions et documentaires, films d’animation et d’expérimentation, films du patrimoine et créations récentes…), toute la variété des formats, des genres, des styles, des langues et des pays.
. Ouverture à tous les types de spectateurs (urbains et ruraux, hommes et femmes, jeunes et personnes plus âgées, familles et associations…), au-delà du noyau de cinéphiles déjà avérés.

A la faveur de ses diverses programmations, l’association favorise d’une manière continue en Mayenne des rencontres du public avec des réalisateurs, des acteurs et d’autres professionnels du cinéma.

Education au cinéma
- L’association Atmosphères 53 apporte sa contribution aux dispositifs nationaux, « Lycéens et apprentis au cinéma », piloté en région par Premiers plans, et « Collège au cinéma », piloté dans le département par la mission culturelle du Conseil général.
- Elle a mis en place en Mayenne depuis 1996-1997, à destination des écoles, son propre dispositif, dénommé « Ciné Enfants », qui permet aux enfants de découvrir deux séries de films chaque année sur temps scolaire. Ces séances concernent les trois quart des écoles du département (plus de 300) et réunissent plus de 25000 entrées annuelles.
- L’association est partenaire professionnel de la section cinéma audiovisuel du lycée Lavoisier de Mayenne ainsi que de la classe préparatoire à la licence pro « Conception de projets culturels » du lycée Victor Hugo de Château-Gontier. Elle s’implique également dans les projets cinéma de plusieurs lycées et collèges du département. Elle apporte enfin sa contribution à la formation, initiale et continue, des enseignants.
- A la demande de la DDJS, de la DDASS et de divers services de l’Etat, Atmosphères 53 met en œuvre depuis 2007 un « concours de courts métrages de prévention jeunes ». Elle accompagne d’autres projets de réalisation amateurs, en particulier dans le cadre du dispositif « Passeurs d’images ». Elle contribue à la formation des animateurs et éducateurs.


Directeur - Antoine Glémain - antoine.glemain@atmospheres53.org

Responsable des programmations - Willy Durand - willy.durand@atmospheres53.org

Bureau
Présidente : Janick James
Vice-présidente : Josette Luciani
Trésorier : George Durand
Secrétaire : Raymonde Le Gonidec
Coordinatrice : Michèle Glémain


Atmosphères 53
12 rue Guimond des riveries
53100 Mayenne
Tel +33 (0)2 43 04 20 46
Fax +33 (0)2 43 04 96 48
contact@atmospheres53.org

http://www.atmospheres53.org

Haut de page


AUTOUR DU 1ER MAI


Depuis les débuts du cinéma en 1895, de nombreux films, documentaires ou fictions, ont témoigné de façon très diverse, des mouvements et transformations de la société.

Le cinéma est à la fois témoin et matériau d'Histoire. Il participe, comme l'écrit, à des modes de représentations du monde. Il utilise un langage, celui de l’image et du son, qui tour à tour reflète et influence ces mouvements.

Comment faire connaître ce patrimoine culturel, comment lui permettre de nourrir nos interrogations multiples face aux difficiles changements actuels, comment le mettre à disposition de tous ?


L' Association « Autour du 1er mai » se donne un double objectif

1 - Créer une base documentaire sur le cinéma et la société
Ce catalogue de films propose sur le net, aux professionnels comme aux amateurs, aux médiathèques, aux associations, aux syndicalistes, mutualistes, membres de la société civile, aux chercheurs, un catalogue raisonné de films, identifiés et localisés.
A terme, il sera consultable en deux langues, français puis anglais.

La consultation des films peut s'effectuer soit :
- En se rendant dans les institutions détentrices (Bibliothèque nationale de France, Bibliothèques publiques ou d’entreprises, Vidéothèques, Cinémathèques...)
- En les consultant directement « en ligne », lorsque les droits le permettent.
- En s'adressant aux festivals ou manifestations qui ont programmé ces films et vers lesquels la base renverra.
- En les demandant aux distributeurs ou producteurs dont les coordonnées seront mentionnées (et tenues à jour) dans la base...
- Localement, et sous réserve d'accords négociés avec les producteurs, une partie d'entre eux est déjà consultable au centre de documentation des associations «Autour du 1er mai » et «Peuple et Culture » (sur rendez-vous).


2 - Mettre en oeuvre, tous les ans à Tulle, une Décade de cinéma,
« la société vue par les yeux du cinéma»
Pour aller à la rencontre du public, en Limousin, une décade de cinéma - c'est-à-dire 10 jours de festival - a lieu tous les ans, autour du 1er mai, à Tulle, et dans les communes d'alentour, en collaboration avec Le Cinéma Le Palace et « Peuple et Culture Corrèze ».

Pourquoi à Tulle ?
Cette décade prolonge le travail d’éducation artistique, mené par l'association « Peuple et Culture » à Tulle avec laquelle « Autour du 1er mai » travaille régulièrement, depuis plusieurs années.

Cette année, la manifestation se déroulera entre le 23 avril et le 3 mai 2009.
Son thème sera « L'utopie, ou inventer de nouveaux possibles ».


Sylvie Alphandéry

Association "Autour du 1er mai"
51 bis rue Louis Mie
19000 Tulle
+33 (0)6 84 48 32 93
sylvie.alphandery@wanadoo.fr

http://www.autourdu1ermai.fr/


CAFE DES IMAGES (Hérouville Saint Clair)

Le café des images est situé dans l’agglomération de Caen (Calvados)
Ouvert depuis fin 1978
Géré par une association de type loi 1901
Trois écrans et une cafétéria 520 places au total
150 000 entrés par an
Cinéma classé chaque année Art et essai avec les 3 labels délivrés par le CNC : Recherche et découverte, Patrimoine et Jeune Public
Adhérent au GNCR, à l’AFCAE, l’ACOR, les ENFANTS DE CINEMA, EUROPA CINEMA

SPECIFICITES dans la programmation liées au CINEMA DOCUMENTAIRE :
- Participe chaque année au MOIS DU DOCUMENTAIRE,
- Inscrit à son affiche l’essentiel des documentaires sortis en salle chaque année,
- Invite régulièrement les réalisateurs des films quand cela peut s’organiser,
- Mets en place des rencontres avec des critiques de cinéma et/ou des associations partenaires, structures militantes, universitaires, professionnelles, etc...
- Organise chaque année des rendez-vous spécifiques appelés « GESTE DOCUMENTAIRE», sous la direction artistique de Patrick Leboutte, critique et enseignant de cinéma à l’ENSAS de Bruxelles.
Ils se déroulent sur un week-end complet avec d’autres invités choisis en relation avec les films projetés.
Exemples : du 16 au 18 janvier 2009 GESTE DOCUMENTAIRE#4: « formes de luttes, luttes des formes », du 27 au 29 mars 2009 : GESTE DOCUMENTAIRE#5 : autour des derniers films de Denis Gheerbrant, et en sa présence, « La République Marseille ».

Geneviève Troussier - Directrice et programmatrice genevieve.troussier@club-internet.fr

LE CAFE DES IMAGES HEROUVILLE SAINT CLAIR
4 square du Théâtre
14 200 HEROUVILLE SAINT-CLAIR
Tel +33 (0)2 31 45 34 70
Fax +33 (0)2 31 45 34 71
cdi@cafedesimages.fr

http://www.cafedesimages.fr

 


CINEMA DE L'ETOILE

Le Cinéma L’Etoile est ouvert depuis 1993. Situé à La Courneuve en Seine Saint-Denis (ville de 35 000 habitants) et accueille 25 000 spectateurs par an.
L’Étoile est une salle publique classée « art et essai » et titulaire des 3 labels nationaux «jeune public», « patrimoine » et « recherche et découverte ». À l’heure où le cinéma est de plus en plus soumis au pouvoir de groupes imposant leur loi économique et leur vision du monde, de tels espaces sont indispensables pour que des films différents rencontrent les spectateurs. Inlassablement, ils parient sur la curiosité et la découverte à des tarifs abordables.

Dotée de 199 places confortables, d’un écran de 9 mètres de base, et du son numérique, la salle de l’Étoile offre au cœur de la ville un confort appréciable. Mais c’est aussi un véritable lieu d’animation et de rencontre avec les professionnels du cinéma : réalisateurs, critiques…
C’est un lieu de ressources où vous pouvez trouver de la documentation sur les films et un personnel qualifié prêt à vous renseigner, vous conseiller et discuter avec vous des films que vous venez voir.

L’éducation à l’image est permanente : pour les enfants et les jeunes, tous les jours (pendant les heures de fermeture au public) : projections, débats, visite de la cabine de projection, ateliers de pratique audiovisuelle… Et pour les adultes avec des analyses filmiques, des stages de découverte d’un auteur…

L’abonnement à l’Étoile permet de bénéficier de tarifs réduits dans tous les cinémas publics de Seine-Saint-Denis.
Le Cinéma L’Etoile est adhérent au GNCR, à l’AFCAE et à l’ACRIF.


Malika Chaghal - directrice/programmatrice


Cinéma L’Etoile à la Courneuve
1 allée du progrès
93120 La Courneuve
Tel 33 (0)1 49 92 61 95
Fax 33 (0)1 49 92 61 98
Malika.chaghal@ville-la-courneuve.fr


www.ville-la-courneuve.fr




Ciné Nantes- Le Cinématographe

Le Cinématographe Ciné-Nantes Loire-Atlantique est une fédération de 11 associations de cinéma créée en 1997 en tant qu'Espace de formation des publics à l'image. Depuis 2001 elle gère la salle du Cinématographe à Nantes et poursuit son travail de formation à l'image, qui se décline à travers la programmation du cinéma, des rencontres, des leçons de cinéma. Depuis sa création l'association accueille et accompagne tous les dispositifs scolaires et s'associe à des partenaires culturels dans l'enseignement supérieur. La salle est classée Art et Essai, avec en 2008 les 3 labels, mais sa programmation dépasse largement le cadre de ce classement en s'intéressant à tous les genres cinématographiques.
L'association coordonne Collège au Cinéma et Enfants de Cinéma au niveau départemental et missionnée par le Conseil Général propose formations et circulations pour les 38 salles associatives du département.


Catherine CAVELIER


Le Cinématographe Ciné-Nantes Loire-Atlantique
17 rue Paul Bellamy
44000 NANTES
Tel +33 (0)2 51 72 04 29
Fax +33 (0)2 51 82 31 38

catherine@lecinematographe.com

Site : www.lecinematographe.com

Haut de page


CINEMA DU REEL -

Festival international de films documentaires


Depuis sa création en 1978 par la Bibliothèque publique d’information, Cinéma du réel est un grand rendez-vous international du cinéma documentaire où public et professionnels découvrent à la fois les nouveaux films d’auteurs confirmés et les œuvres de nouveaux auteurs, les lignes et tentatives contemporaines comme le meilleur de l’histoire du genre. Cinéma du réel est un festival où rencontres, ateliers et expérimentations accompagnent la curiosité d’un public nombreux, fidèle et attentif.

Directeur artistique - Javier Packer-Comyn

Cinéma du réel - Bibliothèque publique d’information
25 rue du Renard
75197 Paris Cedex 04
Tel +33 (0)1 44 78 45 16
Fax +33 (0)1 44 78 12 24
cinereel@bpi.fr

http://www.cinereel.org


COMITE DU FILM ETHNOGRAPHIQUE

Champ d’intervention
Représentation et compréhension des différentes cultures à travers les techniques de l’image et du son. Diffusion des connaissances en sciences de l’Homme et de la société. Établissement d’un espace d’intercommunication et de questionnement entre les cultures du monde.

Activités :
Initiation au cinéma en sciences des sociétés.
Diffusion du film documentaire anthropologique.
Expertise et conseil.
Centre de ressources en cinéma et anthropologie.

Organisation de manifestations internationales :
. Regards comparés (date de création : 1978).
. Festival international Jean Rouch : Bilan du film ethnographique (date de création : 1982).
. Les mercredis du film ethnographique (date de création : 1994).
. Colloque « Du cinéma ethnographique à l’anthropologie visuelle » (25-27 mars 2006).
. Colloque « Vers une connaissance hors texte, croiser les regards, partager les interrogations », Colloque international Jean Rouch (14-20 novembre 2009).

Le Comité du Film Ethnographique (CFE), fondé au Musée de l’Homme en 1953, sous la présidence d'Henri Vallois (Directeur du Musée de1950 à 1960) est une association de loi 1901. Cette association est issue du Comité International du Film Ethnographique et Sociologique, créé en 1952 à l’initiative de l’UNESCO ainsi que de documentaristes et d’ethnologues (Jean Rouch, Luc de Heusch, André Leroi-Gourhan...).
Le CFE a pour but de développer les relations entre les Sciences de l’Homme et de la Société et le cinéma et, selon le texte fondateur, « de collationner, de conserver, de diffuser les films d’intérêt ethnologique existant déjà et de produire de véritables films ethnographiques nouveaux ». Depuis le début, les activités du CFE seront étroitement liées à celles de l’ethnologue cinéaste Jean Rouch.
Aujourd’hui, le CFE poursuit le travail engagé depuis cinquante ans, mais il concentre plus spécifiquement ses efforts sur l’organisation de manifestations internationales, la collecte et le traitement des informations
Le CFE est hébergé, depuis sa création, au Musée de l’Homme à Paris.

Festival international Jean Rouch : Bilan du Film Ethnographique
Cette manifestation internationale, créée par le cinéaste et ethnographe Jean Rouch en 1982, est organisée par le Comité du film ethnographique ; elle s'inscrit dans la suite de l'important travail en cinéma documentaire mené au Musée de l'Homme depuis son ouverture en 1937. Dès cette époque et grâce aux travaux de Marcel Griaule en pays Dogon et aux écrits de Marcel Mauss, le cinéma devenait l'un des outil de la recherche ethnographique. À Paris, la semaine du Bilan du film ethnographique représente un moment unique, où cinéastes, vidéastes, chercheurs, programmateurs de festival anthropologique venus du monde entier, se rencontrent et poursuivent un vaste échange avec un public nombreux et passionné.
Après la disparition de son fondateur, et en son hommage, la manifestation s'intitule désormais:
« Festival International Jean Rouch, Bilan du Film Ethnographique ».

Regards comparés
En 1978, sont organisés des « Regards Comparés ». Nous sommes restés fidèles aux principes mêmes de ces rencontres comme les avaient définis Jean Rouch : confronter les différents regards cinématographiques portés par des ethnologues, des cinéastes, des géographes, des voyageurs, des aventuriers (…) sur un même peuple, une même culture ou une même aire géographique. Aujourd’hui cependant l’expérience s’est enrichie : ce ne sont plus seulement des regards comparés entre "spécialistes" de l’altérité mais un retour s’est opéré. L’arroseur arrosé des Frères Lumière est devenu l’ethnologue ethnologisé et l’ancien "indigène" s’est emparé de "nos" instruments pour nous interroger et s’interroger lui-même. Les Yanomami, les Bushmen, les Inuit, les Papous, les Aborigènes, les Amérindiens, les Malgaches et bien d’autres font des films sur leurs propres cultures et parfois sur nous...
Ces « Regards Comparés » sont désormais devenus aussi des « Regards Partagés ».


Président : Marc H. Piault (Directeur de recherche au CNRS, anthropologue et cinéaste)

Comité du film ethnographique
Musée de l’Homme
Place du Trocadéro
75116 Paris
Tel +33 (0)1 47 04 38 20
cfe@mnhn.fr

http://www.comite-film-ethno.net


COMPTOIR DU DOC


COMPTOIR DU DOC est né en 1997 de la volonté d’une poignée de passionnés de créer un rendez-vous régulier dans un lieu convivial à Rennes (le café Le Scaramouche) où l’on puisse voir et discuter de films documentaires. Au fil des ans, l’association a investi d’autres lieux et noué de nombreux partenariats, organisant chaque année des dizaines de projections suivies de rencontres avec les cinéastes, à l'échelle locale, métropolitaine, départementale et/ou régionale.

Citons :
- le rendez-vous bimensuel aux Champs Libres à Rennes, dans le cadre de "Docs en stock" avec le Musée de Bretagne.
- le cycle "Histoires d'immigrations" dans les quartiers rennais et des communes rurales de la région
- les rencontres "Documentaires au féminin" dans le cadre des manifestations organisées par la Ville de Rennes pour la journée internationale des femme.
- le festival "Images de Justice" au Parlement de Bretagne, en partenariat avec l'Association pour l'animation du Parlement et de la cour d'appel
- des programmations ponctuelles, comme en décembre 2008 un partenariat avec les Trans Musicales de Rennes...

L’association développe aussi des actions de formation, des interventions scolaires, et coordonne en Bretagne (avec les associations DAOULAGAD BREIZH et DOUBLE VUE) l’opération nationale « LE MOIS DU FILM DOCUMENTAIRE ».

Présidente - Anne Morillon
Vice-président - Serge Poirot
Coordination - Célia Penfornis
Administration - Fabienne Bricet
Technique et vidéothèque - Serge Laquais

COMPTOIR DU DOC
10 rue Jean Guy
35000 RENNES
Tel/fax +33 (0)2 23 42 44 37
comptoridudoc@wanadoo.fr

http://www.comptoirdudoc.org


Doc Net Films devient films-documentaire.fr

Créée en 2002, l'association Doc Net a entrepris l'expérimentation de nouveaux modes de diffusion pour le documentaire de création.
En 2008, Doc Net s'est séparé de ses activités non commerciales liées au site docnet.fr. Ainsi est né film-documentaire.fr.
Doc Net est maintenant est une structure d’édition/distribution indépendante de films documentaires en DVD.

Les DVD édités jusqu’à maintenant par Doc Net se présentent sous la forme d’une édition simple. C’est le cas pour les collections Doc Net Films, Doc Net Territoires et Doc Net Africa.
92 films documentaires ont été édités à ce jour.
L'objectif pour 2009 est de démarrer une nouvelle collection : Doc Net Auteurs. Il s’agira d’éditer en coffrets 3 œuvres d’un réalisateur. La collection va s'ouvrir avec 3 auteurs belges.
La collection Doc Net Africa devrait également s’étoffer en 2009.

Un réseau de distribution spécifique en librairies indépendantes a été mis en place depuis 2006. Dans un premier temps en Rhône-Alpes puis en Ile-de-France avec le soutien financier des conseils régionaux respectifs. Les titres distribués en librairies sont ceux édités par Doc Net auxquels s’ajoutent des films d’autres éditeurs (INA, Films du Paradoxe, Blaq out, Scope éditions, Malavida).
Le réseau de distribution comprend actuellement une cinquantaine de librairies et va s’étendre courant 2009 pour atteindre une centaine de librairies d’ici la fin de l’année avec une extension du réseau en région Limousin et la perspective de mise en place en 2009 d’un réseau de librairies en Belgique.

Les DVD édités par Doc Net sont également vendus dans les secteurs éducatifs et culturels en partenariat avec l’ADAV, en musées, festivals et via un site de vente par correspondance (http://www.editions.docnet.fr).

Le bureau
Jean-Marie Barbe, Président
Arnaud de Mezamat, Secrétaire
Sophie Salbot, Trésorière


Laetitia Dubois, coordinatrice
Bastien Thibaudier, responsable de la distribution en librairies
Marie Collin, déléguée à la distribution Ile-de-France
Nathalie Dugand, coordinatrice adjointe
Chantal Tran, responsable administrative


DOCNET
Le Village
07170 LUSSAS
Tel fax +33 (0)4 75 94 24 54
contact@docnet.fr

http://www.editions.docnet.fr

Haut de page


 

Documentaire sur Grand Ecran

L’association Documentaire sur Grand Ecran a été fondée en 1990 par un groupe de cinéastes (Michel Huillard et Simone Vannier), de critiques de cinéma (François Niney, Gérard Leblanc et Luce Vigo), de l’éthnologue-cinéaste Colette Piault, de Jean-Michel Ausseil, Secrétaire Général du FIPA, auxquels s’était joint Richard Jean-Elie, directeur du Studio des Ursulines. François Barat, délégué général du GREC, fut le premier président de la jeune association.?Ce fut ensuite le tour de Simone Vannier et enfin, depuis janvier 2007, d’Annick Peigné-Giuly.
L’idée de promouvoir le documentaire en salle, en tant que film à part entière et non simple complément de programme, correspondait à un besoin, à un moment où le documentaire était particulièrement négligé dans les programmations télévisuelles. Ce projet fut d’emblée encouragé par les institutions, le CNC finança une enquête auprès des cinémas «Art et Essai» sur les possibilités de projection 16 mm (le format habituel au documentaire) et décida de participer à la création de l’Association Documentaire sur Grand Ecran. Cet engagement fut suivi par ceux de la SACEM, la SCAM, la DRAC Ile-de-France et de la PROCIREP. À ces institutions se sont progressivement joints la Mairie de Paris (en 2000), la Région Ile-de-France (en 2005), et ponctuellement, les Ministères du Travail, de l’Environnement, de la Culture, de l’Education Nationale, la Fondation France-Libertés et la Fondation de France, pour soutenir des thématiques en résonance avec leurs missions.??
La première manifestation a lieu en novembre 1992 dans deux cinémas parisiens :? l’Utopia (7 rue Champollion 75005 Paris) tous les soirs à 18h ; l’Entrepôt (7/9 rue Francis de Pressensé 75014 Paris) tous les dimanches de 14h à 24h. Elle est d’emblée très bien accueillie par la presse et le public.??Afin de faciliter la circulation des films en Région, l’Association se double très vite d’une Société de Distribution qui lui permet d’organiser des sorties nationales de longs-métrages documentaires. Entre autres : Dieu sait quoi de Jean-Daniel Pollet en janvier 1997, Amsterdam Global Village de Johan van der Keuken en octobre 1997, Vacances prolongées de Johan van der Keuken en novembre 2000, Rétrospective des oeuvres majeures de Johan van der Keuken en octobre 2001, Et la vie et Le voyage à la mer de Denis Gheerbrant sortis en synergie avec la 3ème édition du «Mois du Film Documentaire» en novembre 2002, Le génie helvétique de Jean-Stéphane Bron en novembre 2004, La jungle plate de Johan van der Keuken en octobre 2005, Pork and Milk de Valérie Mréjen en avril 2006, Le Voyage Perpétuel d’Anastasia Lapsui et Markku Lehmuskallio en avril 2008.??
Cette double activité, sur Paris et en Région, permet à Documentaire sur Grand Ecran de constituer un catalogue d’aujourd’hui 230 films pour lesquels elle signe avec l’ayant droit un mandat de distribution d’une durée de 3 à 5 ans. Dans ce catalogue figurent les noms de cinéastes confirmés (Chris Marker, Robert Kramer, Amos Gitaï, Johan van der Keuken, Raoul Ruiz, Pierre Perrault, Fred Wiseman, Claire Denis, Dominique Cabrera, Claire Simon, Alain Cavalier, Denis Gheerbrant, Rithy Panh, Jean Rouch, Eric Rohmer , Otar Iosseliani, etc...) et de nouveaux auteurs découverts au cours de dix-sept années d’activités.??
La programmation régulière à Paris - au Cinéma des Cinéastes, de 1996 à 2007, puis dans diverses salles dont celles du réseau MK2, le Reflet Médicis, la Filmothèque Quartier Latin ou le Nouveau Latina - ainsi qu’en Région - par le biais d’associations ou de salles, partenaires -, draine un public fidèle, sensible à la sélection rigoureuse de films proposée par l’association.
Nous nous efforçons d’être avant tout des découvreurs et de faire place en priorité à des films inédits, à des productions indépendantes, et de soutenir des films que la télévision ou les distributeurs ne peuvent diffuser. Mais nous tenons aussi à montrer ces films qui sont les perles du patrimoine cinématographique documentaire.
Depuis janvier 2008, nous avons créé un réseau de programmateurs partenaires. Ils sont invités à imaginer, en concertation avec nous et dans la continuité de notre travail, trois rendez-vous annuels autour du cinéma documentaire. Ces « Rendez-vous des Docs » en région, proposent des rencontres/débats avec un intervenant (le réalisateur, un membre de l’équipe du film… ou un critique dans le cadre d’une leçon de cinéma). Outre des tarifs de location préférentiels, ces partenaires sont régulièrement tenus informés de notre actualité et nous mettons à leur disposition tous nos outils de communication.
Pour transmettre une expérience de 17 ans d’animation dans les salles parisiennes, nous avons mis en place en 2006, en partenariat avec l’INJEP et les Régions (Ile-de-France, Corse, Bretagne, Poitou-Charentes), des ateliers documentaires qui visent à nourrir la réflexion et proposer des outils, des solutions pratiques à tous ceux qui oeuvrent à la programmation des films documentaires. Ces ateliers sont composés de trois modules de trois journées qui laissent place à la théorie (histoire du documentaire, analyse stylistique, bases du langage cinématographique) et à la pratique (accompagnement des films, recherche de partenariats, constitution de public, organisation des débats). Ces ateliers sont labellisés et soutenus par le Groupement National des Cinémas de Recherche.
Notre action culturelle, militante, vise à faire progresser le cinéma documentaire en lui offrant le grand écran des salles de cinéma et en le dotant d’un accompagnement nourri: présentation, débat, distribution d’un document d’information.??DSGE est, depuis ces dix-sept années, un outil de proposition et d’inspiration pour ceux qui souhaitent programmer des documentaires - associations, festivals, salles, universités et, bien entendu, Cinémas de Recherche.?En dépit d’une évolution positive de sa distribution, le documentaire est loin d’avoir obtenu la place qui lui revient. La production de documentaires se tournant de plus en plus vers la filière cinéma - faute de débouché en télévision pour le documentaire de création - démultiplie les films documentaires en mal de diffusion et de distribution.
La mission de DSGE se trouve donc plus que jamais d’actualité. Et ce, alors que la création documentaire est particulièrement luxuriante et précieuse en ces temps où se ressent le besoin vital d’un décryptage politique et d’une vision artistique du monde contemporain.

Présidente - Annick Peigne-Giuly - 01 46 07 15 09 - peigne-giuly@wanadoo.fr
Déléguée générale - Hélène Coppel - 01 40 38 04 00 -
hcoppel@documentairesurgrandecran.fr
Chargée de développement - Laurence Conan - 01 40 38 08 03 -
lconan@documentairesurgrandecran.fr
Chargée de distribution - Emmanuelle Madeline - 01 40 38 04 00 -
emadeline@documentairesurgrandecran.fr
Communication - Eric Denis - 01 40 38 97 71 - edenis@documentairesurgrandecran.fr


52 Avenue de Flandre
F-75019 Paris
Tel : 33 1 40 38 04 00
Fax : 33 1 40 38 04 75
info@documentairesurgrandecran.fr
notre site : www.doc-grandecran.fr

Haut de page


La Caravane Aboie, collectif pour la promotion et la diffusion du documentaire de création rassemble réalisateurs, techniciens et spectateurs autour d’une même volonté de promouvoir le documentaire et d’en démocratiser l’accès.

Créé en 2004, il conduit en région parisienne deux types d’actions :

• Animation d’un espace de diffusion associatif, le quai des Lunes, créé en partenariat avec l’ACERMA (Association pour la Communication, l’Espace, la Réinsertion des Malades Alcooliques) : rencontres mensuelles avec des réalisateurs de documentaires autour d’un de leurs films (neuf par an)

• Organisation de projections - débats chez l’habitant :

o Immeubles Sans Télé (sept projections dans le cadre de la semaine sans télé),
o Dans Mon Salon (deux à trois projections mensuelles)

Ces premières expériences ont conduit la Caravane Aboie à réfléchir aux moyens de développer un réseau de diffusion de plus large portée autour d’unités mobiles de vidéo projection en Île-de-France. Ce projet consiste à réunir et mutualiser les moyens matériels et humains permettant la vidéo projection de documentaires de création hors les salles, dans les locaux de toute structure fréquentée par un public et ne disposant pas de ce type de moyens de diffusion.
Il vise à amener le documentaire de création en des lieux où cinéma et vidéo n’ont pas une place qui va de soi, vers un public qui ne fréquente pas nécessairement les réseaux existants. Il s’intéresse aux lieux du quotidien où se tissent les liens entre l’individu et le collectif, où se jouent leurs rapports à la société et aux institutions :

? Associations de quartiers,
? entreprises, usines,
? établissements scolaires,
? bibliothèques,
? hôpitaux, maisons de retraite, centres de loisirs…

Ce projet est actuellement en phase de recherche de fonds auprès de partenaires institutionnels et privés.

_____________________________________________________________
La Caravane Aboie
Collectif pour la promotion et la diffusion du documentaire de création
86, rue Ordener
75018 Paris
Email : contact@lacaravaneaboie.com
Site : http://www.lacaravaneaboie.com (mise en ligne mi janvier 2006)

Haut de page


 

Les Ecrans Documentaires

Les Ecrans Documentaires depuis 1997....organisés par Son et Image. Fondation par Pierre Borker en 1986 à Gentilly (Val de Marne)... de Denis Ghrerbrant à Bill Viola, de Jean Daniel Pollet à Pierre Schaeffer...pour les origines et un esprit qui perdure...
Lieu Espace Jean Vilar Arcueuil "thémas"/ débats (avec ADDOC, Gulliver, Documentaire sur Grand Ecran etc), rétros et parcours d'auteurs, sélections tous horizons culturels sans frontière. Recherche, nouvelles écritures, nouveaux auteurs.

Formations enseignants, classes festivals, programmations scolaires.

Actu 2005: Premier Geste devient la seule compétition en long et en court sans considération de nationalité des films + le cabinet d'essai et de curiosité (installations, dispositifs, créations sonores etc). Partenaires "maintenus" hors institution : Master Paris VII, Acrif, ADDOC, Les Yeux de l'Ouie.
Nouveaux partenaires: Le lieu de l'autre (Arcueil) et le CECI (Moulin d'Andé).
6 septembre : sortie de "Un monde moderne" de Sabrina Malek et Arnaud Soulier (Prix 2004).
Lancement des "Ateliers de Quartiers"
Préparation pour juin 2006 d'un nouveau rendez-vous Kinemusica...

site: www.lesecransdocumentaires.org

Haut de page


«Les Yeux de L’Ouïe » développe la diffusion du cinéma expérimental, de la musique électroacoustique, des installations audiovisuelles, sonores ou multimédia de l'art vidéo et du documentaire de création.
Parallèlement à l’organisation d’une manifestation annuelle « Les Yeux la nuit », nuit vidéo, l'association privilégie les rendez-vous réguliers afin de diversifier les programmations et de conduire le public le plus large dans des univers sonores et visuels rares.

Le désir qui anime le collectif de programmation (vidéastes, musiciens, plasticiens, cinéastes) est de donner à penser la question des représentations dans un monde remplit d'images, et d'extraire de ce “trop plein” celles qui résistent à l’industrie de la monoforme et au regard univoque.

Ces images nous allons les chercher du côté de l'art vidéo et du documentaire de création.
Nous proposons aux spectateurs la rencontre avec des œuvres qui déplacent le regard, bousculent le quotidien : des œuvres qui nous rappellent tous à notre intime et questionnent notre monde.

Regarder des films ensemble, en présence des auteurs, ouvre sur la rencontre des sensibilités et crée un espace de circulation d’idées, de points de vues, de cultures, un lieu de construction critique où chacun à la liberté de révéler son propre regard.
L'enjeu est de redéfinir et de réaffirmer en quoi l'art de représenter le réel nous implique, nous concerne et construit l'individu en tant que sujet dans la communauté.

En complémentarité de ses actions de programmation et de diffusion, l’association développe des ateliers et des projets de création : conduits par des créateurs et professionnels, engagés dans les arts visuels.

Ces ateliers, interventions de sensibilisation ou projets à long terme, peuvent s’orienter vers la lecture audiovisuelle, la programmation ou la pratique de l'image et du son. Il s’agit de faire découvrir des formes audiovisuelles de création, d’y mener une réflexion sur le statut de l’image dans notre société, d’explorer des écritures singulières en recherchant du sens dans l’image et le son au travers du documentaire, de la fiction, de la vidéo de création, d’expérimenter des démarches artistiques, et de développer des écritures originales.
L'association développe également l'atelier “en quête d'autres regards”: un atelier de programmation lié à un atelier de réalisation avec des prisonniers à la Maison d'Arrêt Paris La Santé.


L'association est financée par la région Lorraine, la région Ile de France, la DRAC Lorraine, la DRAC Ile de France, la ville de Nancy, la Communauté Urbaine de Nancy, le Conseil Général de Meurthe et Moselle, le Fonds Social Européen, le Ministère de la Justice, le Ministère de l'éducation Nationale, et tous les partenaires qui accueillent les programmations.

Contact Ève Chambrot : 06 10 52 28 87
email :
les yeux de l'ouie

Haut de page


Festival dei Popoli

Le festival est né en 1959. C’est l’un des plus anciens festivals de cinéma en Europe, et il s’agit du premier festival qui fut spécialisé dans le documentaire. Ce festival international a lieu chaque année. Il est ponctué par des débats, des séminaires et des sections thématiques. Depuis quelques années il se préoccupe également de la formation des jeunes et de la diffusion du cinéma documentaire.

A propos de la formation, le Festival dei Popoli a organisé en 2002-2003, en partenariat avec le Cinéma en Lumière (Marseille) et avec le département d’arts visuels de l’université d’Edinburgh, un projet de formation et d’accompagnement "Le réel en chantier" qui a retenu un important succès. De 2004 à 2006, le Festival, en collaboration avec une agence de formation (CSCS de Pistoia), a organisé un cycle "Doc ut Des" animé par de grands spécialistes du cinéma documentaire. Ce cours incluait la réalisation d’une anthologie de courts-métrages.

Depuis de nombreuses années, le Festival a créé une section d’archives de 10 000 titres (films 35 et 16 mm, bétacam, béta numériques, Umatic, VHS et DVD), une importante collection de photos et de listes de dialogues ainsi qu’une collection de livres, revues, catalogues (etc...).

A propos de la diffusion, le Festival a établi toute une série de collaborations avec des écoles, des universités, des expositions d’art, des salles d’essais, et a ainsi encouragé et renforcé la promotion du documentaire.

Au seuil de la 50ème édition, le Festival cherche à rendre compte de la mutation du documentaire face aux nouvelles technologies, aux nouvelles formes de production du réel, aux nouvelles possibilités de diffusion.

Si la racine reste la vie matérielle et spirituelle de l’homme, la conjugaison est représentée par la recherche formelle, le langage utilisé pour représenter les différents sujets, la spécificité artistique de celui qui filme.
Dans ce sens, le nouveau cours du Festival dei Popoli se développera entre continuité et innovation, avec un programme centré sur la connaissance du monde, la recherche formelle et la production du cinéma à venir.


Directeur Luciano Barisone


FESTIVAL DEI POPOLI
Istituto Italiano per il Film di Documentazione Sociale ONLUS
Borgo Pinti, 82/R
50121 Firenze - Italia
Tel. 0039 055 244778
Fax 0039 055 241364
Email: festivaldeipopoli@festivaldeipopoli.191.it
www.festivaldeipopoli.org <http://www.festivaldeipopoli.org>

Haut de page


FESTIVAL international du film ENTRE VUES - Belfort


Créé par Janine Bazin, en 1986, EntreVues est un festival compétitif consacré aux premières oeuvres courts et longs métrages. Fiction et documentaire. A côté de cette compétition, chaque année rétrospectives, tranvservales et hommages permettent d’arpenter les différents territoires cinématographiques. Depuis plus de 20 ans il s’est ainsi affirmé comme le rendez-vous des cinématographies audacieuses, d’hier et d’aujourd’hui. Y ont été sélectionnés et primés les premiers films de cineastes en herbe, français et étrangers aujourd’hui connus de tous : Darren Aronofsky, Olivier Assayas, Jean-Claude Brisseau, Joao Botelho, Laurent Cantet, Leos Carax, Pedro Costa, Anne Fontaine, Alain Guiraudie, Chen Kaige, Les Frères Larrieu, Patricia Mazuy, Dominik Moll, Yousry Nasrallah, Idrissa Oudraogo, François Ozon, Nicolas Philibert, Paulo Rocha, Walter Salles, Claire Simon, Lars Von Trier, Janos Xantu, Eric Zonca… et bien d’autres encore.

Depuis quelques années, des journées de travail en partenariat avec l’ACID, le GNCR et l’IRIMM permettent à l’ensemble des professionnels qui s’intéressent au jeune cinéma de recherche de se retrouver et de réfléchir ensemble à partir de leur pratique autour des problématiques qui les intéressent tous.


Le festival se déroule chaque année pendant neuf jours entre la fin novembre et le début décembre.
La compétition internationale s’adresse à tous les premiers seconds et troisièmes films dans leur catégorie, longs et courts-métrages, documentaires et fictions.

Les prix décernés sont dotés financièrement et notamment :

Le Grand prix du long-métrage de fiction
Le Grand prix du court-métrage de fiction
Le Prix d’interprétation Janine Bazin
Le Grand prix du long-métrage documentaire
Le Grand prix du court-métrage documentaire
Le Prix du film français (ouvert aux longs-métrages français documentaires ou fiction)
Les prix du Public


Président du festival
Etienne Butzbacvh, maire de Belfort

Déléguée générale et directrice artistique
Catherine Bizern


Festival International du film - Entre Vues
Cinéma d’Aujourd’hui
Hôtel de ville
90020 Belfort Cedex
Tel +33 (0)3 84 22 94 44
Fax +33 (0)3 84 22 94 40
infos@festival-entrevues.com

http://www.festival-entrevues.com


FESTIVAL ZINEBI (Bilbao)

Zinebi, 51 ans de cinéma à Bilbao

Zinebi, le festival international de Bilbao dédié au court métrage et au cinéma documentaire a célébré son 51ème anniversaire en 2008. A l’origine, il fut mis sur pied par l’Institut de culture hispanique Vascongado, qui dépendait alors du Ministère des Affaires étrangères, et s’intitulait le concours international du cinéma documentaire philippin et ibero-américain. Il était affilié au festival voisin de San Sebastian, mais dès 1968, suite à l’essor du court métrage en Espagne, il définit sa propre identité artistique et se développa à un niveau international. En 1974, il fut reconnu par le FIAPF - la fédération internationale des associations de producteurs de films- comme un festival compétitif dans les catégories de la fiction, du documentaire et de l’animation, et en 1987, le Conseil de Bilbao prit officiellement en charge son organisation et sa direction. Lors de sa dernière édition, les 2648 films produits par les 75 pays en compétition confirmèrent sa place au premier rang des festivals internationaux spécialisés dans ces pratiques. En tant que participants, membres du jury ou vainqueurs de son prix Mikeldi de Honor, Zinebi a accueilli des personalités aussi importantes que Jacques Demy, Pierre Perrault, Claude Lelouch, Santiago Álvarez, Richard Lester, Barbara Kopple, Peter Greenaway, Ennio Morricone, Carlos Saura, Julio Medem, Roman Polanski, Hanna Schygulla, Anna Karina, Jane Birkin, Elías Querejeta, Arturo Ripstein ou Père Portabella.

La ville de Bilbao et Zinebi se consacrent à la promotion de l’industrie audiovisuelle dans la ville et dans le pays basque en tant qu’élément caractéristique de leur identité internationale. Identité réactualisée suite à la spectaculaire régénération urbaine qui les a propulsés sur la scène mondiale, et qui leur a permis de devenir des espaces compétitifs et modernes à l’aube du 21ème siècle.
Des organismes culturels de pointe comme le Musée Guggenheim, La Alhondiga, un établissement qui accueille les infrastructures de la Radio Basque et de l’EITB (un opérateur télévisuel), la création d’un nombre croissant d’associations dévouées à la production audiovisuelle, et le récent BIFC (une commission cinéma de Bilbao qui promeut les films tournés dans ses rues) sont les éléments qui permettent à la ville et à son festival de transformer leur histoire en un outil d’observation efficace braqué sur le futur.

Ernesto del Río - Directeur - ernesto@zinebi.com

Luis Eguiraun - Programmation - luis@zinebi.com

Inés Intxausti - Secrétaire Générale - ines@zinebi.com

Lucia Goitia - Gestion des copies - lucia@zinebi.com


ZINEBI
Colón de Larreátegui 37 4ª d
48009 BILBAO
Tel + 34 944 24 86 98
Fax + 34 944 24 56 24
Info@zinebi.com

http://www.zinebi.com


FIDMARSEILLE


Le FIDMarseille est un l’un des principaux festivals internationaux compétitifs en France, et compte aujourd’hui parmi les festivals internationaux d’importance. Pendant 6 jours, début juillet, il a pour ambition d’être un rendez-vous incontournable et festif, tant pour les cinéastes, les professionnels et les programmateurs du monde entier, que pour le public marseillais et national qui lui est fidèle.

L’exigence et la capacité à découvrir les œuvres les plus innovantes ont façonné son identité de défricheur, et l’ont imposé comme une référence pour un grand nombre de réalisateurs, de professionnels et de critiques. Plus encore, la programmation du FIDMarseille constitue un travail de réflexion continu sur l’évolution du cinéma contemporain, et sur la transversalité qui lie aujourd’hui le documentaire au cinéma de fiction, aux films d’artistes, au travail du son, à l’art contemporain dans son ensemble. Depuis deux années, un tournant décisif a été pris, celui d’accueillir au sein de la sélection officielle, des films de fiction aux côtés des documentaires.

C’est cette identité qui fait du festival un évènement intense de découvertes et de rencontres au service des œuvres et du public, une plate-forme artistique dont le rayonnement perdure et circule pendant toute l’année.


Jean-Pierre Rehm - Délégué Général
Noémie Behr - Secrétaire Générale

FIDMARSEILLE
14 allée Léon Gambetta
13001 Marseille
Tél. : +33 (0)4 95 04 44 90
Fax : +33 (0)4 95 04 44 91
welcome@fidmarseille.org

http://www.fidmarseille.org


FILM-DOCUMENTAIRE.FR /
PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE


Film-documentaire.fr (qui a succédé à docnet.fr en 2007) est un site de référence du film documentaire francophone, au service des professionnels et du public.
Plate-forme en ligne d'information, de recherche, de promotion et de diffusion, film-documentaire.fr propose différents services:

- Un outil de connaissance et de recherche des œuvres documentaires (une base de données de plus de 17 500 films référencés et indexés de manière thématique),
- Des nouvelles des auteurs, des films, des enjeux collectifs (une Lettre d'information bimensuelle),
- Un accès direct en proposant des extraits et un recensement des moyens d'accéder aux films (édition DVD, VOD, distribution dans le réseau institutionnel...),
- Des bases de documentation sur le documentaire : festivals (350 festivals référencés), bibliographie, annuaire (sociétés de productions, institutions, formations, associations...).


L’équipe
Arnaud de Mezamat, président
Samuel Petiot, coordinateur éditorial
Nathalie Mollet, documentaliste & coordinatrice adjointe
Nathalie Dugand, documentaliste
Chantal Tran, responsable administrative

Les membres fondateurs et membres de droit de l'association film-documentaire.fr
Arnaud de Mezamat (Abacaris Films), président
Jean-Marie Barbe (Ardèche Images Production), vice-président
Gilles Padovani (Mille et une Films), trésorier
Benjamin Landsberger (Artline Films), secrétaire
Alexandre Cornu (Films du Tambour de Soie)
Blanche Guichou (Agat Films)
Association Doc Net Films Films

Membres de droit : la PROCIREP, la SACEM, la SCAM

Film-documentaire.fr
Le Village
07170 LUSSAS
Tel +33 (0)4 75 94 22 66
Fax +33 (0)4 75 94 24 54
contact@film-documentaire.fr

http://www.film-documentaire.fr


FILMER A TOUT PRIX
26 rue du marteau
1210 Bruxelles
info +32 2 218 58 85 / +32 2 250 13 10

http://www.gsara.be/fatp/


LE FOND ET LA FORME

L’association Le Fond et La Forme a été créée en 2003 en se fixant pour mission de développer à l’échelle du Pays Midi-Quercy, dans le Tarn et Garonne, une offre culturelle de qualité en s’appuyant sur la diffusion de films documentaires.

L’événement Les Hivernales du documentaire consiste en l’organisation de séances de projections sur la période de l’hiver, de novembre à février, à raison d’une séance toutes les deux semaines environ. Une dizaine de villages différents sont concernés chaque année.

L’ensemble de la programmation est conçu comme un véritable parcours de découverte du cinéma documentaire donnant accès à des films de patrimoine (films qui ont marqué l’histoire du cinéma) des films de répertoire (films d’auteur dont l’ensemble de l’œuvre est remarquable), mais aussi des sorties récentes voir des avant-premières, des films d’ici et des films d’ailleurs… nous nous attachons à rechercher des formes de cohérence dans la diversité.

Les projections sont généralement suivies de rencontres-débats avec les réalisateurs. Ces rencontres permettent aux participants de découvrir un auteur, une démarche et de se confronter à un point de vue singulier sur le monde. Ce travail de médiation contribue à une meilleure compréhension du langage cinématographique et participe d’une plus grande ouverture des regards et des esprits.

Chaque année, parallèlement aux Hivernales, un film collectif est réalisé avec la participation d’habitants du territoire. Chacun peut participer en s’investissant dans la fabrication du film à différents niveaux : idées, écriture, tournage etc...
Cette expérimentation donne lieu à une projection suscitant un intérêt et un engouement particulier sur le territoire.


Le Fond et la Forme développe également des actions :
En milieu scolaire : En collèges (ateliers de pratique artistique cinéma-audiovisuel) et Lycées (Opération « Lycéens et jeunes au cinéma » + Opération s’inscrivant dans le cadre « Projet d’avenir »).
En Maison de retraite
En Médiathèque

Béatrice Amiel - réalisatrice, et responsable programmation
Jean-Michel Filiquier - directeur de production et responsable de programmation

L'association compte une cinquantaine d'adhérents.
Une quinzaine de bénévoles participent aux activités de l'association.


LE FOND ET LA FORME
au village
82140 Feneyrols
Tel/fax +33 (0)5 63 30 63 40
lefondetlaforme@wanadoo.fr


http://leshivernalesdudoc.free.fr


Gulliver

GULLIVER se destine à la présentation publique de films documentaires, français et étrangers.
A l’instar du célèbre voyageur, il pratique le changement d’échelle et ne craint pas la terra incognita. Il mélange les genres et confronte des univers visuels et sonores différents aux confins du cinéma documentaire, de l’art vidéo ou de la fiction.

Depuis sa création en 2001, GULLIVER a conduit le public en Asie, chez les Belges, à Berlin, au Portugal... Des programmations ont été consacrées à l’amitié, à l’amour, au sexe ou au jardinage… Dans le cadre des Ecrans Documentaires, des journées thématiques ont mêlé films et débats sur l’Utopie, La Famille, Figures de la disparition…

GULLIVER propose aussi des ateliers de formation et de réflexion autour du cinéma documentaire, avec le concours d’intervenants extérieurs : sur la voix off, la narration, la place des archives…

L’association est actuellement présidée par Silvia Radelli. Elle regroupe un cercle d’adhérents et de supporters, animé notamment par François Caillat et Daniel Cling (co-fondateurs), Anne-Marie Leduc et Jacqueline Sigaar.


GULLIVER
87 rue Duhesme
75018 Paris
contactgulliver@altern.org

>;contactgulliver@altern.o


GNCR

Le Groupement National des Cinémas de Recherche est né en 1991 avec le soutien du CNC, et le désir de différents lieux cinématographiques de se regrouper pour défendre et soutenir des œuvres contemporaines singulières et novatrices.
Le GNCR réunit, à ce jour, 250 établissements cinématographiques et 8 associations régionales avec qui il affirme quotidiennement son engagement pour la découverte des jeunes auteurs, la diffusion de documentaires, de courts métrages, de moyens métrages et de toutes les nouvelles formes de création au carrefour du cinéma, de la vidéo, du numérique et des arts plastiques.
Cette mise en réseau constitue aussi pour ses membres un espace permanent d’échanges et de réflexion sur les pratiques et expériences professionnelles de chacun. En lien étroit avec les organisations professionnelles concernées par ces mêmes enjeux, tant du côté de la production que de la distribution, ou de l’action culturelle, le GNCR s’inscrit délibérément dans une réflexion collective, en mouvement, au service d’un cinéma d’auteur exigeant et créatif.
Depuis sa création, le Groupement a apporté son soutien à plus de 400 films, dont plus d’une cinquantaine de documentaires, et plus que jamais nous croyons en notre travail de montreur de films, de découvreurs et de passeurs.


Président - Alain Bombon
Délégué général - Jérôme Brodier


GROUPEMENT NATIONAL DES CINÉMAS DE RECHERCHE (GNCR)
57 rue de Châteaudun
75009 PARIS
Tel +33 (0)1 42 82 94 06
Fax +33 (0)1 48 78 54 97
gncr@club-internet.fr

Site : www.cinemas-de-recherche.org

Haut de page


Lussas
Association Ardèche Images

Permettre au plus grand nombre d’accéder à une connaissance théorique et pratique de la création documentaire, tout en oeuvrant à la constitution et au renforcement du réseau professionnel, reste l’objectif prioritaire de l’association fondée en 1979.
Depuis 1989, l’association Ardèche Images développe plusieurs pôles d ‘activités dans le village ardèchois de Lussas : un festival « les États Généraux du Film Documentaire », un pôle de formation national (résidences d’écriture et Master de réalisation de documentaire de création), un centre de ressources « la Maison du doc’ » et un pôle de formation international (résidences d’écriture, formations producteurs en Afrique, au Cambodge et en Sibérie).

Les États Généraux du Film Documentaire

En 1989, à l’initiative de la "Bande à Lumière" - association des documentaristes français - et d’Ardèche images, les États généraux du film documentaire sont nés de la nécessité de créer un espace de réflexion et d’analyse autour des enjeux esthétiques et économiques du documentaire , un lieu d’échanges et de rencontres ouvert à tous les professionnels du documentaire.
Manifestation à caractère non compétitif, nous aimons qualifier la manifestation "d’université d’été" plus que de festival.

Dès la première édition, permettre la rencontre des professionnels avec le public s’est imposé comme une nécessité. Notre volonté a été dès lors de renforcer l’engouement du public pour un genre cinématographique encore méconnu, le documentaire.

La ligne éditoriale de la manifestation s’affirme à partir de trois axes de programmations :
-les séminaires dont l’objectif est de développer sur deux à trois journées une réflexion théorique autour d’une thématique particulière :
-les programmations de films : regard sur la production annuelle francophone, découverte d’auteurs ou retour sur des filmographies oubliées, évolution du documentaire à l’étranger
- les ateliers et rencontres professionnels.

Informations :
Tel : 04 75 94 28 06
www.lussasdoc.com
lussas.documentaires@wanadoo.fr


La Maison du doc’, centre de ressources sur le cinéma documentaire

Créée en 1994, elle est née de la dynamique de diffusion et de production de films documentaires développée à Lussas depuis de nombreuses années. Elle a pour objectif d'accompagner la création documentaire en favorisant la diffusion des films à travers plusieurs missions : le repérage, le collectage et l'inventaire des films dans une base de données informatique (11 000 titres disponibles en ligne), l'archivage et la conservation de la mémoire du documentaire dans une vidéothèque (9 000 titres), la diffusion de l'information autour du documentaire en direction des professionnels et de l'ensemble des réseaux du savoir, de la formation et de l'animation socioculturelle.

Informations :
Tel : 04 75 94 25 25
www.lussasdoc.com
lussas.maison@wanadoo.fr

Le Master 2 de Réalisation de documentaire de création

Créé en 2000 dans le cadre d’un partenariat original avec l’Université Stendhal de Grenoble ce Master de réalisation documentaire de création propose à 12 étudiants (formation initiale et continue) une formation diplômante dont l’organisation et le contenu s’apparente à ceux dispensés par les Ecoles d’Art.
La pratique instrumentale des outils matériels et conceptuels du cinéma est au cœur de cet enseignement qui se déroule huit mois sur dix à Lussas sous la responsabilité d’intervenants qui allient tous une grande expérience de formation à une pratique de leur métier de cinéaste ou de techniciens.

Informations :
Tel : 04 75 94 05 31
www.lussasdoc.com
lussas.école@wanadoo.fr


La formation à l’écriture documentaire ou « résidence d’écriture de lussas »

Ardèche images a mis en place, depuis 1997, une formation à l'écriture destinée à accueillir des auteurs-réalisateurs, y compris débutants.
La formation a pour objectif de permettre au stagiaire d’identifier les questions de cinéma qui présideront à la réalisation de son projet et de développer le travail d’écriture du projet afin de le proposer aux professionnels (producteurs, diffuseurs, etc). Encadrés, tout au long de la Résidence par un formateur principal, (auteur-réalisateur), les stagiaires bénéficient également de l’intervention de plusieurs autres professionnels :
un opérateur / réalisateur pour des exercices pratiques à la caméra en rapport avec chaque projet et deux réalisateurs qui viennent "lire" et analyser les projets à mi-parcours. Les séances de travail individuel alternent, durant toute la durée de la formation, avec une réflexion de groupe sur chacun des projets, nourrie du visionnement collectif (et individuel) et de l’analyse d’un nombre important de films documentaires (mais pas seulement).

Informations :
Tel : 04 75 94 05 31
www.lussasdoc.com
lussas.école@wanadoo.fr


Les Rencontres de juin de Lussas

Mise en place en 2004 cette action professionalisante d’ampleur nationale est conçue comme un complément indispensable aux actions de formation ( Master, Résidence).
Elle se propose en effet, dans le cadre d’un rendez-vous national, de permettre l’établissement toujours difficile d’un lien professionnel entre jeunes porteurs de projets, essentiellement élaborés dans le cadre des formations de Lussas, et le réseau des producteurs , jeunes ou confirmés.

Le dispositif propose de mettre en relation de travail pendant trois jours une quinzaine de producteurs et 25 stagiaires en vue de déclencher une collaboration effective.

Informations :
Tel : 04 75 94 05 31
www.lussasdoc.com
lussas.école@wanadoo.fr


Les Rencontres de Saint Laurent

Les Rencontres de Saint Laurent se déroulent pendant les Etats généraux du film documentaire de Lussas. Destinées à faciliter la mise en production de documentaires de création et à renforcer le réseau professionnel, ces Rencontres réunissent des couples réalisateurs/producteurs, et les responsables des unités documentaires des chaînes de télévision françaises et francophones autour de projets « aboutis » dans leur écriture.
Les projets retenus doivent être présentés par un tandem réalisateur-producteur francophone en recherche de diffuseur et avoir obtenu une aide à l’écriture en 2004/2005 (CNC, Bourse «Brouillon d'un rêve» de la Scam, Résidence d'écriture de Lussas, Africadoc, Master de Lussas, Eurodoc, ou une aide à l'écriture octroyée par les instances régionales).

Informations :
Tel : 04 75 94 05 31
www.lussasdoc.com
Lussas.école@wanadoo.fr

Haut de page


IMAGES EN BIBLIOTHEQUES

Images en bibliothèques a une triple vocation : valoriser les collections cinématographiques et audiovisuelles des vidéothèques, œuvrer pour la reconnaissance un savoir-faire collectif et d'une identité professionnelle, animer le réseau des « bibliothécaires de l'image ».

Elle propose ainsi à ses adhérents des sélections de films documentaires de qualité, encourage la réflexion sur la communication des œuvres, facilite les échanges interprofessionnels et le partage de l'information, et dispense des formations au plus près des besoins professionnels.

En coordonnant la mise en œuvre d'une action d'ampleur nationale, le Mois du Film Documentaire, l'association a élargi son horizon. Elle s'inscrit dans une dynamique de partenariat avec d'autres acteurs de la culture et de l'éducation. Attentive aux avancées technologiques et à leur impact sur les pratiques et les usages, Images en bibliothèques apporte aux vidéothécaires les éléments de réflexion et d'anticipation indispensables à l'évolution de leu métier. Parce qu'elles détiennent des collections encyclopédiques de référence, que font vivre des professionnels exigeants, les vidéothèques rendent aujourd'hui accessible au plus grand nombre le patrimoine cinématographique et audiovisuel.

A l'écoute de ses adhérents, Images en bibliothèques est porteuse d'une ambition collective : favoriser la rencontre entre le public et les œuvres cinématographiques.


Sonia Jossifort - déléguée générale
Marianne Palesse - chargée de développement
Frédéric Goldbronn - responsable des formations
Catherine Partouche - secrétaire comptable


Images en bibliothèques
21 rue Curial
75019 Paris
Tel fax +33 (0)1 43 38 07 97
ib@imagenbib.com

http://www.imagenbib.com
http://www.moisdudoc.com

 



Périphérie

Quinze ans de soutien à la création documentaire en Seine-Saint-Denis


Historique

Issu de l’Unité “audiovisuel” de la Maison de la Culture de la Seine-Saint-Denis, Périphérie est un centre de ressources audiovisuelles, implanté en Seine-Saint-Denis depuis plus de quinze ans et soutenu par le Conseil Général.

Dès l’origine, son action a été centrée autour du soutien à la création, notamment documentaire.

Le soutien à la création documentaire a pris la forme d’une aide en industrie et en moyens techniques (montage et post-production vidéo) qui s’appuyait sur la logistique d’une société de production partenaire. Plus d’une centaine de films ont ainsi été aidés, en coproduction avec des réalisateurs et des producteurs indépendants.

Par la suite, elle s’est développée le long de deux axes nouveaux : la diffusion de films documentaires en partenariat avec les salles de cinéma du département ; l’éducation à l’image, à travers une activité d’ateliers dans les établissements scolaires et l’organisation de stages de formation.

Un outil renforcé au service de la création documentaire

Le lancement, en 2003, du dispositif « cinéastes en résidence » et la mise en place d’une mission patrimoine ont permis à Périphérie d’étoffer encore son champ d’activité.

« Cinéastes en résidence » délivre une aide en industrie grâce à la mise à disposition de moyens de montage et de post production en vidéo numérique, permet aux résidents de bénéficier d’un accompagnement artistique et technique, et mène un travail d’action culturelle autour des films accueillis.
La mission patrimoine a pour mission d’aider à la valorisation du patrimoine cinématographique documentaire de la Seine-Saint-Denis.

Ces nouvelles actions complètent et renforcent « Les Rencontres du cinéma documentaire » qui sont devenues en 10 ans un rendez-vous important autour du documentaire de création et le pôle « Education à l’Image » qui est un partenaire incontournable pour tous ceux qui désirent mieux appréhender ce qu’est le cinéma documentaire.

De l’aide à la création à la diffusion auprès des publics, en passant par la transmission des savoirs et la valorisation du patrimoine, Périphérie possède aujourd’hui une palette de compétences qui lui permettent de faire au mieux le lien entre créateurs et publics.

site : www.peripherie.asso.fr

Haut de page


LE P'TIT CINE

Le P’tit Ciné est une association de diffusion et de production de films documentaires. Elle organise des projections documentaires régulières à Bruxelles depuis juin 1995 et propose des rendez-vous mensuels au Centre culturel Espace Delvaux, au Cinéma Arenberg et au Musée du Cinéma (Cinémathèque). De plus, chaque été, Le P'tit Ciné organise une sortie de films non distribués en Belgique dans le cadre du festival Ecran Total au Cinéma Arenberg. Chaque année d’autres lieux se joignent à ceux-ci, pour des collaborations plus ponctuelles. Au total ce sont environ 450 films, pour la plupart inédits en Belgique, qui ont été diffusés, en présence dès que possible des cinéastes.
La politique de programmation du P'tit Ciné se veut une ouverture sur le monde et les évolutions de la société, mais a également la volonté de mettre le regard de l'auteur, et son langage cinématographique, au centre du propos.
Chaque début du mois de mars, le P'tit Ciné organise des rencontres documentaires intitulées "Regards sur le travail", avec des films et des discussions autour de la question du travail, de ses mutations et de ses représentations. Les films proposés sont les témoins des enjeux contemporains du monde du travail, mais ce sont également avant tout des rencontres humaines, des histoires individuelles ou collectives et le travail des cinéastes partis à leur découverte, avec la caméra comme outil et le cinéma comme geste.

Contact - Pauline David

LE P’TIT CINE
Rue du fort, 5
1060 Bruxelles
Belgique
Tel/fax 00 32 2 538 17 57
contact@leptitcine.be


http://www.leptitcine.be

Le P' tit Ciné diffusion
rue du fort, 5 - 1060 Bruxelles - Belgique
tél / fax : 00 32 (0)2 538.17.57
Contact : leptitcine@belgacom.net ou contact@leptitcine.be
Réservations : reservations@leptitcine.be
Site web : www.leptitcine.be

Haut de page


LES ECRANS DOCUMENTAIRES


Les Ecrans Documentaires arpentent depuis 1997 tous les territoires du documentaire et des représentations du « Réel ». Se permettant d’emprunter tous les chemins de traverse, vers le documentaire sonore, les rapports musique image (Kinemusica), comme de se livrer à toutes les expériences sensibles et plastiques : installations vidéo et sonore, performances cinématographiques, lectures, œuvres originales du Cabinet d’Essai et de Curiosité, Docs concerts. Sans négliger les nécessaires échappées vers fictions et imaginaires !

Ouverte aux collaborations multiples, l’association organisatrice du festival, Son et Image travaillent en partenariat depuis plusieurs années avec Le DEMC de paris VII Denis Diderot, la Major Documentaire de L’ENSLL, Le CECI du Moulin d’Andé, les associations Les Yeux de l’Ouie, Gulliver, Est-ce une bonne nouvelle et ADDOC. Elle a développé depuis quatre ans avec l’équipe de Cinéma de Quartier, des ateliers de réalisations documentaires auprès de différents publics, scolaires, demandeurs d’emploi, détenus, etc... dont les productions s’inscrivent logiquement dans l’Observatoire des Ateliers, un des rendez-vous annuel du festival.

Le festival est ancré depuis 2002 dans l’Espace Jean Vilar d’Arcueil, cœur de la manifestation.

Tout au long de l’année, Les Ecrans Documentaires/Son et Image organisent des « Intervalles », programmations et ateliers qui se déroulent à la Galerie Parisud Pascal Vanhoeke, à La Maison Robert Doisneau de Gentilly, à L’Ecole National des Beaux Arts à Paris, ou dans différentes salles de cinéma du Val de Marne pour le partenariat avec le festival de l’oh !.
En 2009, elle relance avec Documentaire sur Grand Ecran, une réflexion sur la programmation « jeune Public » du cinéma documentaire.

Directeur artistique - Didier Husson
Coordinateur Général - Manuel Briot - Tel +33 01 46 64 65 93

Les Ecrans Documentaires
23 rue Emile Raspail
Cité Raspail (Bâtiment 1B)
94110 Arcueil
Tel +33 01 46 64 65 93
Fax +33 01 47 40 14 95
infos@lesecransdocumentaires.org

http://www.lesecransdocumentaires.org


 

LES YEUX DANS LE MONDE

Animée par le désir d’encourager des débats citoyens sur des thèmes d’actualité, l’association « Les Yeux dans le Monde » (loi 1901), créée en 2003, organise tout au long de l’année des manifestations alliant réflexions citoyennes et expression artistique : festival itinErrance, projections mensuelles de documentaires, expositions et ateliers d’éducation à l’image... autant de rencontres possibles entre les mots et les images.

Dans une époque saturée d’audio-visuel, les images sont à penser. Notre projet est donc parti d´une réflexion sur le pouvoir évocateur des images et des formes artistiques, sur leur aptitude à interroger nos sociétés. Et, en retour, sur leur capacité à créer des liens et de la conscience politique.

Les yeux dans le monde, c’est aussi un collectif qui réunit quinze membres actifs ayant en commun une démarche documentaire dans leur travail individuel ou collectif et le désir d’organiser collectivement des actions culturelles : ce sont des cinéastes documentaristes, des photographes, des dessinateurs, des réalisateurs de documentaires sonores, des sociologues et des personnes impliquées dans l’action culturelle.
Réunis autour du désir d’explorer les relations fécondes entre la forme artistique et la démarche documentaire, nous plaçons au centre de nos préoccupations la question du point de vue. Nos «yeux dans le monde» ne cessent d’en rencontrer d’autres, ces regards se complètent, se confrontent... se questionnent toujours.


Emilie Balteau (Présidente): +33 (0)6 75 19 37 69 - ebalteau@lesyeuxdanslemonde.org


Contact: contact@lesyeuxdanslemonde.org
Site internet : http://www.lesyeuxdanslemonde.org/


LES YEUX DE L’OUÏE

«Les Yeux de L’Ouïe» développe la diffusion du cinéma expérimental, de la musique électroacoustique, des installations audiovisuelles, sonores ou multimédia de l'art vidéo et du documentaire de création.
Parallèlement à l’organisation d’une manifestation annuelle « Les Yeux la nuit », nuit vidéo, l'association privilégie les rendez-vous réguliers afin de diversifier les programmations et de conduire le public le plus large dans des univers sonores et visuels rares.

Le désir qui anime le collectif de programmation (vidéastes, musiciens, plasticiens, cinéastes) est de donner à penser la question des représentations dans un monde remplit d'images, et d'extraire de ce “trop plein” celles qui résistent à l’industrie de la monoforme et au regard univoque.

Ces images nous allons les chercher du côté de l'art vidéo et du documentaire de création.
Nous proposons aux spectateurs la rencontre avec des œuvres qui déplacent le regard, bousculent le quotidien : des œuvres qui nous rappellent tous à notre intime et questionnent notre monde.

Regarder des films ensemble, en présence des auteurs, ouvre sur la rencontre des sensibilités et crée un espace de circulation d’idées, de points de vues, de cultures, un lieu de construction critique où chacun à la liberté de révéler son propre regard.
L'enjeu est de redéfinir et de réaffirmer en quoi l'art de représenter le réel nous implique, nous concerne et construit l'individu en tant que sujet dans la communauté.

En complémentarité de ses actions de programmation et de diffusion, l’association développe des ateliers et des projets de création : conduits par des créateurs et professionnels, engagés dans les arts visuels.

Ces ateliers, interventions de sensibilisation ou projets à long terme, peuvent s’orienter vers la lecture audiovisuelle, la programmation ou la pratique de l'image et du son. Il s’agit de faire découvrir des formes audiovisuelles de création, d’y mener une réflexion sur le statut de l’image dans notre société, d’explorer des écritures singulières en recherchant du sens dans l’image et le son au travers du documentaire, de la fiction, de la vidéo de création, d’expérimenter des démarches artistiques, et de développer des écritures originales.
L'association développe également l'atelier “en quête d'autres regards”: un atelier de programmation lié à un atelier de réalisation avec des prisonniers à la Maison d'Arrêt Paris La Santé.

L'association est financée par la région Lorraine, la région Ile de France, la DRAC Lorraine, la DRAC Ile de France, la ville de Nancy, la Communauté Urbaine de Nancy, le Conseil Général de Meurthe et Moselle, le Fonds Social Européen, Le Ministère de la Justice, le Ministère de l'éducation Nationale, et tous les partenaires qui accueillent les programmations.

Contact - Eve Chambrot


LES YEUX DE L’OUÏE
104 rue de la colline
54000 Nancy
Tel +33 (0)4 10 52 28 87
lesyeuxdelouie@free.fr

http://www.latelierdesyeuxdelouie.com


 

L'ESPACE CINEMA à Besançon

L'Espace cinéma est une programmation du théâtre de l'Espace, scène nationale ancrée depuis 1982 dans un quartier d’un peu plus de 20 000 habitants de l’agglomération de Besançon. Nomade, la programmation du cinéma évolue entre le théâtre de l’Espace et le Kursaal, salle municipale et polyvalente du centre ville qu’elle occupe dix jours par mois. Entre ces deux lieux, se tisse une histoire dont l’une des originalités est bien d’être en mouvement à l’image du cinéma que nous défendons.

Cinéma d’hier et d’aujourd’hui, documentaire, cinéma d’animation, expérimental, art vidéo, ciné-concert, ce sont tous les genres, toutes les formes cinématographiques que nous souhaitons défendre et interroger avec le souci de mettre les films en relation les uns avec les autres à travers des rétrospectives d’auteurs ou des thématiques spécifiques. Un plaisir de cinéma que nous accentuons par des rencontres privilégiées avec des réalisateurs mais aussi des critiques ou des professionnels du cinéma tout au long de la saison.

Le cinéma à destination du jeune public est également un des piliers de l'Espace cinéma. Il consiste en une programmation régulière durant les vacances, un rendez-vous mensuel le mercredi et un ensemble de propositions faites aux écoles de Besançon et des environs durant toute l'année. L'accent est tout particulièrement mis sur l'accompagnement des jeunes spectateurs en défendant une programmation exigeante et adaptée à l'âge de chacun qui favorise la découverte et respecte le rythme de ces spectateurs débutants qui vivent parfois là une toute nouvelle expérience. Leurs aînés trouvent également leur place dans nos salles notamment dans le cadre du dispositif national Lycéens et Apprentis au cinéma auquel nous participons activement.

Ayant à coeur de partager nos envies de cinéma avec le plus grand nombre, nous faisons la part belle à l'action culturelle et bâtissons des projets qui tentent de réduire la distance entre certains publics et nos salles. Ainsi, la mise en place d'ateliers de pratique dans une association de soutien scolaire, la résidence du réalisateur Samuel Collardey dans un Foyer des Jeunes Travailleurs ou encore les projections et rencontres mensuelles que nous organisons à la Maison d'arrêt de Besançon.

Quelques invités de l’Espace cinéma : Didier Nion, Claire Simon, Patrick Watkins, Robert Bober, Jean Douchet, André téchiné, Jean-François Stévenin, Cyril neyrat, Mark Tompkins, Anne Durez, Nicolas Klotz, Alain Cavalier, Pierre-Henri Deleau, Samuel Collardey, Antoine de Baeque, Stéphane Mercurio…


Jean-Michel Cretin - programmation
Stéphanie Bunod - relations publiques et action culturelle
Daniel Boucon - directeur du théâtre de l’Espace


L’Espace cinéma
Théâtre de l'Espace, scène nationale
Place de l'Europe
BP 2033
25050 Besançon cedex
Tel + 33 (0)3 81 51 03 12
espace.cine@free.fr


http://www.theatre-espace.fr


PERIPHERIE


Historique Périphérie est un centre de ressources audiovisuelles, implanté en Seine-Saint-Denis depuis plus de vingt-cinq ans et soutenu par le Conseil Général.

Dès l’origine, son action a été centrée autour du soutien à la création, notamment documentaire. Le soutien à la création documentaire a pris la forme d’une aide en industrie et en moyens techniques (montage et post-production vidéo) qui s’appuyait sur la logistique d’une société de production partenaire. Plus d’une centaine de films ont ainsi été aidés, en coproduction avec des réalisateurs et des producteurs indépendants.
Par la suite, elle s’est développée le long de deux axes nouveaux : la diffusion de films documentaires en partenariat avec les salles de cinéma du département, l’éducation à l’image, à travers une activité d’ateliers dans les établissements scolaires et l’organisation de stages de formation.
Un outil au service de la création documentaire Le lancement du dispositif Cinéastes en résidence et la mise en place d’une mission patrimoine ont permis à partir de 2003 à Périphérie d’étoffer encore son champ d’activité. Depuis novembre 2003, Cinéastes en résidence, un dispositif original de résidence artistique, intervient au moment du montage image et s’adresse aux cinéastes documentaristes. Il s’agit d’une mise à disposition des moyens techniques du montage image, d’un accompagnement artistique et d’un travail de diffusion du film sur le territoire de la Seine-Saint-Denis et à travers toute l’Ile-de-France sous forme d’action culturelle. Plus qu’une aide en industrie, Cinéastes en résidence est avant tout une aide à la création et à la diffusion. Temps de montage, multiplicité des regards, travail auprès des publics sont offerts par l’équipe de Périphérie aux réalisateurs dont les projets sont accueillis à Montreuil. Plus d’une trentaine de films sont au catalogue de Cinéastes en résidence. La mission patrimoine a pour mission d’aider à la valorisation du patrimoine cinématographique documentaire de la Seine-Saint-Denis. Depuis 2005, une série de tables rondes autour de la thématique Histoire d’un film, mémoire d’une lutte, se sont déroulées en partenariat avec les Archives départementales de la Seine-Saint-Denis et IHS de la CGT. Elles sont à l’origine d’une collection de livre/dvd, intitulée elle aussi Histoire d’un film, mémoire d’une lutte, dont le 2ème opus est Etranges, étrangers (sortie début 2009). Ces nouvelles actions complètent et renforcent Les Rencontres du cinéma documentaire qui sont devenues en quinze ans l'un des rendez-vous importants d’Ile-de-France du documentaire de création, ainsi en octobre 2008, 2500 spectateurs sont venus découvrir une programmation intitulée Aux limites, au cinéma Le Méliès de Montreuil. Il en est de même pour le pôle Education à l’Image qui est un partenaire incontournable pour la Dac du rectorat de Créteil et qui travaille en étroite collaboration, entre autres, avec plusieurs collèges de la Seine-Saint-Denis ou encore le service des crèches de ce même département. En 2007, le lancement de Cellulogrammes inscrit Périphérie de plus en plus comme un lieu de réflexion et d’innovation autour de la problématique de l’appropriation par les élèves des images dans leurs multiples formes.
De l’aide à la création à la diffusion auprès des publics, en passant par la transmission des savoirs et la valorisation du patrimoine, Périphérie possède aujourd’hui une palette de compétences qui lui permettent de faire au mieux le lien entre créateurs et publics. Périphérie est ainsi désormais soutenu, aux côtés du Conseil Général de la Seine-Saint-Denis, par le Conseil Régional d'Ile-de-France, la Procirep - Société des producteurs, le CNC, la DRAC, le Rectorat de Créteil et la Scam.


Les Rencontres du cinéma documentaire
Au sein de Périphérie, Les Rencontres du cinéma documentaire mettent en valeur le documentaire en permettant la diffusion des oeuvres et en ouvrant de larges espaces de parole et de réflexion aux pratiques cinématographiques et aux débats qui traversent cette forme unique de mise en récit du réel. A partir de 2009, ce travail prend, chaque année, la forme : Des Rendez-vous de Périphérie, avec l'organisation, tout au long du premier semestre, de projections/rencontres événements dans différents cinémas publics du département. D'une nouvelle édition des Rencontres du cinéma documentaire, pendant une semaine en octobre au cinéma Le Méliès de Montreuil, qui propose, autour d'une thématique cinématographique, films, débats et ateliers, à un public réunissant tous les professionnels du cinéma documentaire - réalisateurs, producteurs, critiques - avec les spectateurs. Les partenariats noués avec Images en Bibliothèques, la Fémis, Les Beaux-Arts de Paris, Arte, la Procirep - Société des producteurs, la Scam, Addoc... renforçant cet ancrage.
Au fil des éditions, toujours attentif à l'évolution des formes cinématographiques, à l'engagement des auteurs, Les Rencontres du cinéma documentaire oeuvrent à la découverte du cinéma documentaire contemporain dans toute sa richesse.


Périphérie
Direction - Michèle Soulignac
Président - Jean-Patrick Lebel

Les Rencontres du cinéma documentaire
Déléguée générale - Corinne Bopp
Coordination - Abraham Cohen
Attachée de presse - Anne Berrou
lesrencontres@peripherie.asso.fr


Périphérie
87 bis rue de Paris
93300 Montreuil
Tel +33 (0)1 41 50 01 93
Fax +33 (0)1 48 31 95 45
contact@peripherie.asso.fr http://www.peripherie.asso.fr


PEUPLE ET CULTURE CANTAL


L'association, affiliée à l'Union Peuple et Culture, créée en Février 2005 s'est donné pour tâche principale de diffuser du cinéma documentaire et de susciter du débat autour des films projetés. Thèmes politiques, sociaux environnementaux ou films d'auteurs nous diffusons des films rencontrés dans les différents festivals pour proposer découverte, questionnement, plaisir ou émotion...
C'est là que se nouent les contacts avec les réalisateurs et/ou les producteurs.

Les projections sont plus particulièrement organisées dans des lieux ou le cinéma ne va jamais, en zone rurale. Des programmations sont aussi faites dans les villes du département, seules ou en partenariat. Au moins une projection par mois est assurée.
Une aide du Conseil Régional d'Auvergne et du Conseil Général du Cantal nous a permis d'acquérir du matériel permettant des projections de qualité sur grand écran, en numérique.
L'association s'appuie sur les réseaux associatifs locaux ou des réseaux amicaux. Les projections ont lieu aussi bien dans des salles polyvalentes, des cafés, chez des particuliers ou en plein air...

La gratuité des projections est la règle. Les droits de diffusion, les frais de déplacement des réalisateurs quand ils sont présents, les frais de communication sont couverts par l'adhésion des membres de l'association et une entrée solidaire. Cette demande de participation donne lieu à une explication sur ce qu'est le monde du cinéma documentaire, les difficultés des auteurs, de la production et de la diffusion.


Présidente - Françoise Monreysse - francoise.monreysse@laposte.net - 04 71 64 11 62

Secrétaire - Anne Tanné - a.tanne@wanadoo.fr - 09 77 92 85 85

Peuple et Culture Cantal
(Adresse postale)
Maison des associations
Place de la paix
15000 Aurillac
Tel +33 (0)4 71 64 11 62
Tel +33 (0)9 77 92 85 85
peuple.et.culture.cantal@wanadoo.fr


Peuple et Culture Corrèze :

Dans le massif du Vercors, pendant l'occupation nazie, des "équipes volantes" vont de maquis en maquis pour former les jeunes résistants, la plupart ouvriers et paysans. Ces hommes et ces femmes croient au pouvoir qu'ont la pensée, la philosophie, l'histoire, la poésie, le théâtre, le chant et les arts de nourrir la résistance à la domination. Ils rêvent de rendre "la culture au peuple et le peuple à la culture ". À la Libération, ce mouvement devient l'association Peuple et Culture.
Peuple et Culture Corrèze est créée au printemps 1951. Dans un département profondément rural dénué de structures culturelles, Peuple et Culture Corrèze engage un travail pionnier de formation intellectuelle, civique et artistique pour "ceux que l'école a quittés trop tôt" :
Accueil des grandes troupes de la décentralisation théâtrale avec la constitution de réseaux de spectateurs actifs,
Veillées de lecture pour la découverte d'écrivains et de poètes,
Ciné-clubs dans les villages et les usines, où sont projetés des films de Chris Marker, Alain Resnais, Joris Ivens, Roberto Rossellini, Georges Rouquier...

C'est sur cet humus-là qu’aujourd’hui Peuple et Culture développe l’ensemble de ses actions, notamment son réseau de diffusion du cinéma documentaire en Corrèze.

Pour Peuple et Culture, dans la tradition de l'éducation populaire, le cinéma est une forme essentielle de récit, un art, un projet politique et pédagogique.

Une cinquantaine de projections ont lieu (largement l'équivalent d'un festival, mais tout au long de l'année) là où le cinéma documentaire n'arrive jamais : dans des petites communes, des salles non équipées, des granges, chez l'habitant, le plus souvent en présence des réalisateurs.

Dans chaque lieu, appuyés par Peuple et Culture, associations ou groupe d'habitants sont partie prenante du choix des films et co-organisent les projections et l'accueil des réalisateurs.

Manée Tessandier - manee.teyssandier@wanadoo.fr
Claire Dages - clairedages.pec@orange.fr


Peuple et Culture Corrèze
51 bis rue Louis Mie
19000 Tulle
Tel +33 (0)5 55 26 32 25
Fax +33 (0)5 55 26 88 95
peupleetculture.correze@wanadoo.fr

site : http://perso.wanadoo.fr/pec19/

Haut de page




Peuple & Culture Marseille

Peuple & Culture Marseille est un collectif d’éducation populaire.

Une ambition : le partage de la culture, les échanges et la construction des savoirs.
Des convictions : « nous parlons à l’intention de ceux qui veulent savoir, de ceux qui se trouvent sur cette terre avec pour projet un apprentissage permanent, de ceux qui veulent être surpris par tout sans en être désorienté » (Juan-Gil Albert, 1959).
Deux axes privilégiés : l’image et la langue.
Des formes multiples : rencontres cinématographiques, littéraires et poétiques, ateliers de pratique artistique, invitations d’écrivains et de cinéastes, échanges interculturels, formation.
Des espaces pluriels : des lieux communs « où une pensée du monde rencontre une pensée du monde » (Edouard Glissant, 1996).

Depuis sa création en 2003, Peuple & Culture Marseille investit le champ du cinéma documentaire dans l'objectif de créer, dans la communauté urbaine de Marseille, des espaces alternatifs à la culture de consommation, qui favorisent la découverte d’expressions artistiques et de modes de création résistant à la monotonie et au formatage de notre quotidien visuel et sonore. Des espaces où la parole, la pensée et les savoirs peuvent se construire collectivement.

Les actions développées dans ce domaine :

La diffusion de cinéma documentaire sous la forme de parcours dans l’œuvre d’un cinéaste ou dans une thématique, en partenariat avec les lieux de diffusion de la ville, en particulier le Polygone étoilé situé dans le quartier de la Joliette.

La programmation de cycles thématiques de films élaborée dans le cadre d’un atelier de programmation, à savoir un groupe composé d’adhérents qui se confronte à toutes les étapes de la programmation : visionnage, sélection, documentation, animation des séances ; les séances sont proposées dans différents lieux, dédiés ou non au cinéma, à Marseille et dans ses environs.

L’animation d’ateliers du regard (ciné-clubs documentaires) et d’ateliers de production de regards (réalisation d’essais filmiques) organisés de manière ponctuelle ou régulière auprès de divers publics (adultes, jeunes, enfants) et dans différentes structures (établissements scolaires, centres sociaux, associations d’insertion ou de formation, aire des gens du voyage…).

Un stage franco-allemand de formation sur le cinéma documentaire organisé chaque année au moment du FID Marseille en direction de toute personne ayant un intérêt pour le cinéma dans le cadre de sa pratique artistique, culturelle ou pédagogique (programmation, diffusion, réalisation, critique, animation d’ateliers…).


Cathy Vivodtzev - coordinatrice
Nisrine El Hassouni - médiatrice culturelle


Peuple & Culture Marseille
6-8 rue de Provence
13004 Marseille
Tel +33 (0)4 91 24 89 71
peupleculture.marseille@wanadoo.fr

http://www.peuple-et-culture.org


Rencontres Cinéma de Manosque


Nées en 1987 avec le parrainage de Jean Rouch, les Rencontres Cinéma de Manosque réunissent chaque année des cinéastes autour d'un programme de films internationaux avec l'idée d'instaurer un échange et une réflexion sur le cinéma avec les auteurs et les spectateurs.

Du Réel à l'Imaginaire, il s'agit d'envisager le cinéma dans son rapport au monde et au travers des enjeux créatifs de la réalisation. Les Rencontres Cinéma de Manosque accordent une grande place aux films dits "documentaires", avec le désir de croiser les regards et toutes les formes artistiques qui travaillent les représentations du réel, de la fiction à l'expérimental ou même l'animation.

Œil Zélé, association organisatrice de la manifestation, entretient des relations avec d'autres acteurs de la diffusion culturelle et pédagogiques du cinéma et participe tout au long de l'année à des actions sur le territoire local et au-delà.


Pascal Privet - programmation et réalisation
Isabelle Garrone - coordination générale

Comité de Parrainage
Jean Arlaud - éthnologue, cinéaste
Claire Denis - cinéaste
Philippe Faucon - cinéaste
Denis Gheerbrant - cinéaste
Claire Simon - cinéaste


RENCONTRES CINEMA de MANOSQUE
HOTEL DE VILLE - BP 107
04101 Manosque Cedex
Tel +33 (0)4 92 70 35 45
Fax +33 (0)4 92 70 34 24
cinemanosque@oeilzele.net

http://www.oeilzele.net

Haut de page


RIDM

Chaque année, dans un cadre convivial et dans un esprit de découverte, les Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM) proposent des oeuvres singulières et novatrices qui témoignent des réalités du monde actuel et ouvrent des pistes de réflexion sur le cinéma documentaire.
Les RIDM constituent une tribune unique en Amérique du Nord, étant le seul événement francophone consacré au cinéma documentaire sur ce territoire. Les RIDM ont plusieurs missions dont celles de promouvoir le cinéma documentaire tant national, qu'international, et de favoriser les débats et les rencontres, entre les cinéastes et le public, autour des films:
- Diffusion des œuvres documentaires marquantes, du Québec, du Canada et de l'international, pendant dix jours lors de l’événement annuel et également en cours d’année
- Participation à la formation du public, en organisant des ateliers, des rencontres et des débats autour des œuvres, mettant en présence le public et les cinéastes;
- Coordination (avec la participation de l’Observatoire du documentaire) des activités telles que le Forum, qui favorisent la rencontre et la concertation du milieu documentaire;
- A l’initiative d’échanges professionnels et le développement de réseaux, national et international, en organisant des activités spécifiques pour les cinéastes et les professionnels de l'audiovisuel d’ici et d’ailleurs.
- Organisation d’un marché du documentaire, le Doc Circuit Montréal, afin de favoriser la production et la circulation de documentaires de création.
Les RIDM ont été fondées en 1998 par des cinéastes documentaristes qui souhaitaient offrir au cinéma documentaire une tribune favorable à l’émergence de nouveaux regards et à la présentation de perspectives novatrices.
Festival annuel au rayonnement international, les RIDM en seront à leur 12e édition en novembre 2009. Chaque édition propose au public et aux professionnels du milieu une centaine d’œuvres en provenance des quatre coins de la planète. Cette sélection regroupe des films qui se démarquent par leur singularité et leurs qualités artistiques. Elle s’articule autour de nombreuses thématiques, sociales, politiques et environnementales, et présente des ateliers et des débats au grand public, aux professionnels et aux partenaires. Le cinéma documentaire est en effet un véhicule privilégié pour mieux comprendre les défis de notre société et les enjeux actuels et futurs de notre planète. À travers les ateliers et le forum, les professionnels peuvent également échanger et réfléchir autour du processus de création dans le cinéma documentaire et débattre d’enjeux politiques et artistiques.
Montréal est une plate-forme majeure dans la production et la diffusion du cinéma documentaire, et les RIDM sont pour les télédiffuseurs et les distributeurs étrangers une vitrine de la production documentaire qui favorise une plus large diffusion des œuvres à l’échelle nationale et internationale. Les RIDM sont ainsi à l’origine du Doc Circuit Mtl, le marché du documentaire du Québec, conçu spécifiquement pour soutenir et stimuler la production du documentaire indépendant, permettant des échanges entre les professionnels, créateurs, producteurs, distributeurs et diffuseurs de tous horizons.
En offrant un lieu de rencontre avec les oeuvres et leurs auteurs, les RIDM encouragent l’ouverture d’esprit et la tolérance nécessaires à la (sur)vie et à l’évolution des individus comme des sociétés. Les RIDM permettent ainsi au cinéma documentaire d’auteur de poursuivre son combat pour la liberté d’expression et de perpétuer son invitation à mieux regarder pour bien voir!

Liste des prix du festival

Le grand prix Caméra-Stylo / Camera-Stylo Award
Cette section de programmation réunit ici des œuvres phares du documentaire de création actuel, Dans cette section, on peut voir des films sous forme de « journal », de « lettres », des films plus contemplatifs, des poèmes à la vie ou des « road-movies » au cœur d’un réel vu différemment, des réflexions plus personnelles, des essais qui cherchent à mieux comprendre la réalité à partir d’un regard authentique. Un cinéma qui mise sur le réel, sans toutefois bouder une certaine forme de mise en scène.

Le prix Caméra au poing / Camera at the ready Award
Cette section nous parle d’un cinéma en marche, proche parent du reportage ou du dossier télévisuel, mais qui va plus loin que la surface des choses, que le sensationnalisme ou le document en temps réel. Ici, le cinéaste donne son point de vue, endosse celui d’une cause ou accompagne une démarche sociale. C’est le domaine du dossier, de l’engagement, des regards croisés sur autant de réalités. Il s’agissait d’un cinéma de combat, témoin des événements qui modulent le monde aujourd’hui, qui fouillait le cœur de ces événements, se rapprochait des gens, faisait marche commune avec eux, forgé avec des images captées sur le vif, caméra à l’épaule.

Le prix Rubans Canards / DocTape Award
Pour tenter d'élargir l'accessibilité au documentaire, les RIDM, lors de la 11e édition, ont créé une toute nouvelle catégorie de programmation, la section « Rubans Canards / DocTape ». Elle se définit comme à côté de la démarche classique, bien au-delà du sensationnalisme, à la base de l'innovation. Elle plonge dans l'inconnu et fait émerger le marginal. Elle vise à départir le cinéma documentaire des préjugés qu'on lui accole malheureusement trop souvent: ennuyeux, terne, lourd. Des films nouveau genre, aux thèmes accrocheurs et à la démarche audacieuse, sont présentés à l'intérieur de la section « Rubans Canards / DocTape », une catégorie toute indiquée pour la diversification des publics et la promotion du documentaire auprès d'une tranche de spectateurs qui n'y est pas nécessairement attirée de prime abord.

Le prix Première caméra / First Camera Award
Cette section est celle de la découverte, de la première oeuvre : on peut y découvrir un nouvel auteur, rencontrer une nouvelle façon de voir, prendre connaissance d’une écriture novatrice ou être témoin des premières images d’un jeune réalisateur ou d’une jeune réalisatrice. Utilisant la caméra-stylo ou la caméra au poing, mais avec une approche originale, plus personnelle, voire plus expérimentale, on y présente des regards multiples, métissés, des visions partagées, chacun ici traçant sa propre ligne sur un monde qu’il découvre ou veut faire connaître. Sorte de plongeon dans l’inconnu d’où sortiront peut-être les grands documentaristes de demain, fidèles à une certaine tradition ou totalement en rupture avec elle. Les artisans et créateurs des films proposés y utilisent les outils du jour, de petites caméras, un tempo plus rapide, pour produire des œuvres qui nous entraînent dans des sentiers nouveaux ou revisitent ceux qu’ont empruntés les cinéastes qui les ont influencés.

Le prix ÉcoCaméra / EcoCamera Award
Cette section de programmation propose des documentaires originaux abordant avec autant de rigueur que de sensibilité des questions scientifiques et environnementales de premier ordre.

Le prix du public / Audience Choice Award
Le public est invité à évaluer les films de la sélection officielle après chaque séance. Après compilation des évaluations, le film ayant la meilleure appréciation du public remporte le prix.

Le prix Image / Image Award et le prix Montage / Editing Award
Ces prix récompensent le travail des directeurs photo et des monteurs.


Directrice générale - Marie-Anne Raulet - mraulet@ridm.qc.ca


RIDM
5455, avenue de Gaspé, Bureau 1104
Montréal (Québec)
Canada H2T 3B3
Tel 00 1 (514) 499 3676
Fax 00 1 (514) 499 8951
info@ridm.qc.ca

http://www.ridm.qc.ca


TRACES DE VIES - Rencontres du Film Documentaire

Le festival Traces de Vies est né en 1991 de la volonté de formateurs de l’Unité de formation de travailleurs sociaux (UFTS) à Vic-le-Comte (63). Ce désir s’était, en partie, concrétisé cinq ans auparavant avec la création des Rencontres du film institutionnel et documentaire, réunissant étudiants, professionnels du travail social et professionnels de l’image. L’évolution progressive de la sélection des films et de la programmation vers les questions de société, l’ouverture au grand public, ont conduit les organisateurs à imaginer un festival, Traces de Vies, au-delà du champ de la formation.
Le défi était de créer, en Auvergne, une manifestation de cinéma documentaire pour des spectateurs de tous âges et de toutes origines sociales. La confidentialité initiale s’est transformée en un succès public qui a gagné l’agglomération clermontoise, et plus largement la région. Voir ou revoir des œuvres majeures, découvrir l’actualité documentaire dans une sélection de films en compétition, rencontrer les auteurs, échanger perceptions et points de vue. Les jeunes publics et l'art trouvent naturellement leurs places, avec des séances spéciales et une programmation thématique annuelle (le Land Art, la collection, le rapport cinéma/peinture, "du fil à la toile" récemment sur les activités textiles…). Cette diversité se retrouve toute l’année dans les actions de diffusion développées par Traces de Vies en collaborations avec des partenaires associatifs, culturels, éducatifs ou médico-sociaux.
Traces de Vies s’installe en 2006 à Clermont Ferrand, avec la réunion des trois écoles de formation de travailleurs sociaux de la Région Auvergne : E.P.I.R.E.S, E.P.S.I. et U.F.T.S. L’Institut de Travailleurs Sociaux de la Région Auvergne résulte de cette fusion. L’ITSRA est désormais la structure juridique et associative de Traces de Vies.
L’équipe, bénévole ou salariée, oeuvre pour faire du festival Traces de Vies de chaleureuses retrouvailles entre professionnels, spectateurs et organisateurs autour d’une visée commune : partager la richesse de l’aventure documentaire, ces approches singulières du réel, cet autre regard sur le monde.

François Roche, Directeur des formations supérieures, continues et du développement, ITSRA - Directeur administratif Traces de Vies

Annie Chassagne, Responsable artistique - Tel : 04 73 69 99 15
Assia Graoui, Communication - Tel : 04 73 69 99 02
Sophie Barsi, Documentation - Tel : 04 73 69 99 15

Traces de Vies - ITSRA
62 Avenue Marx Dormoy
63 000 Clermont-Ferrand
Tel +33 (0)4 73 69 99 15 ou 04 73 69 99 02
Fax +33 (0)4 73 17 01 13
tdv@itsra.net

Pour tout renseignement pratique (lieux de projection, tarifs, réservation de groupes, etc...) contactez-nous : infostdv@itsra.net


http://www.tdv.itsra.net


VIDEO LES BEAUX JOURS


Depuis 1989, Vidéo Les Beaux Jours participe activement à la valorisation d’œuvres audiovisuelles et cinématographiques en proposant dans divers lieux des projections de films et la rencontre avec leurs auteurs. L’association apporte conseils en programmation et est investie dans la formation des médiateurs culturels et enseignants.

Située à la Maison de l’image, elle anime un centre de ressources constitué d’une vidéothèque de consultation spécialisée dans le cinéma documentaire, l’art vidéo et la production régionale, ainsi qu’un centre de documentation. Équipée d'une salle de projection, elle peut accueillir des groupes pour visionner les films du fonds.

C'est sur le plan de la mise en valeur des œuvres produites ou réalisées dans la région que l'association a porté une partie importante de son effort. En assurant une “veille” sur cette production, nous fonctionnons comme une sorte d'observatoire. Le résultat a donné lieu, à ce jour, à la parution de cinq annuaires couvrant la période 1995-2006.

Le centre de documentation comprend tout un fonds de revues sur le cinéma et l’art vidéo, de catalogues de festivals, des ouvrages sur le cinéma et l’histoire du cinéma, sur des réalisateurs, des dossiers pédagogiques, qui sont mis à disposition du public.

Vidéo les beaux jours est soutenue par le CNC et par la DRAC Alsace en tant que pôle régional d’éducation artistique et de formation au cinéma et à l’audiovisuel, ainsi que par la Ville de Strasbourg et la Région Alsace, l’Acsé et la Scam.


Quatre temps forts jalonnent l’année et fonts l’objet d’un travail au long cours, approfondissant d’année en année un aspect de la création :

Histoire(s) de télévision (mars), avec une idée de base : remonter l’histoire de la télévision pour s’interroger sur ce qu’elle est devenue aujourd’hui. Un partenaire essentiel de ce projet : l’Institut national de l’audiovisuel et sa délégation grand-est.

Le Rendez-vous franco-allemand du film court sera en avril 2009 à sa dixième édition. C’est l’occasion de réunir et de susciter des échanges entre une douzaine de réalisateurs des deux pays. Aux côtés d'ARTE, partenaire de la première heure, se joignent au projet et le renforcent comme le Goethe Institut et des partenaires allemands.

Filmer en Alsace (automne-hiver) : temps fort pour la production cinématographique et audiovisuelle en Alsace : elles concernent les professionnels et institutions, mais aussi les amateurs, scolaires et universitaires. La manifestation est organisée en étroite liaison avec les structures professionnelles de la région, notamment l'Association des Producteurs Audiovisuels d'Alsace, la Société des Auteurs Réalisateurs de Films Indépendants en Région Est, l'Agence culturelle d'Alsace, ainsi que l’Ina Grand Est. Avec l'APAA et la SAFIRE, notre association en est membre de droit fondateur.

Le Mois du film documentaire (en novembre). Nous en assurons la coordination au plan régional depuis sa création, à la demande de l'association organisatrice au plan national, Images en Bibliothèques. Nous sommes également membres du comité de pilotage national. Si cet événement national concerne au premier chef les bibliothèques publiques, tous les lieux culturels sont invités à y participer, et en particulier les salles de cinéma. Notre rôle est de relayer l’information auprès des structures concernées, de les inciter à s’investir dans ce projet et de les conseiller à cet effet et enfin de présenter les différentes programmations réalisées dans la région, dans une publication d’ensemble.

D’autres événements, sous la forme de cycles ou liés à des publications, jalonnent la saison, comme le cycle Filmer la ville, avec quatre rencontres en juin, en lien avec le laboratoire Images et ville du CNRS (Université Louis Pasteur).

Georges Heck et Charlotte Béfort - programmation
Catherine Mueller - centre de ressources

VIDEO LES BEAUX JOURS
MAISON DE L'IMAGE
31 rue Kageneck
67000 STRASBOURG
Tel +33 (0)3 88 23 86 50
info@videolesbeauxjours.org


http://www.videolesbeauxjours.org



VOIR ET AGIR

À partir d’un catalogue raisonné de documentaires, utiles à la réflexion et au débat sur les grands problèmes de société, l’association Voir&Agir a pour ambition de favoriser la rencontre entre le film et son public : associations et collectifs, spectateurs et usagers, lieux de projection, réalisateurs et producteurs, mouvement social et acteurs culturels.?

Distributeur non commercial, Voir&Agir propose à la vente les titres du catalogue, en DVD :?
Soit pour une utilisation dans le “cercle de famille”, au domicile privé,?
Soit pour une utilisation "institutionnelle", comme outil de sensibilisation ou de formation, réservée aux associations et institutions en leur sein.?

Pour les projections-débats, pour lesquelles une rémunération proportionnelle des auteurs réalisateurs et des producteurs est légalement exigible, Voir&Agir est habilité à offrir des solutions adaptées à toutes les configurations.?

Voir&Agir s’implique pour que soient respectés les droits de diffusion, qui contribuent à faire vivre les producteurs indépendants de films sans lesquels il n’y aurait pas de pluralité d’expression.?

L’association organise "Les rendez-vous du documentaire engagé" avec le journal Politis, une fois par mois au cinéma La Clef à Paris, avec la participation des réalisateurs, d'économistes, de chercheurs, de militants syndicaux et associatifs, de journalistes. Elle conseille d’autres groupes organisateurs, ou les met en contact avec le réalisateur, la réalisatrice, et des intervenants pour animer les débats.?


Contact - Sylvie Agard - 00 33 (0)6 07 94 46 14

Voir&Agir
La Cathode
119 rue Pierre Sémard
93000 Bobigny

01 48 30 81 60
voireagir@wanadoo.fr
www.voireagir.org

Haut de page


 

 

 


Les coordonnées des membres du réseau :

ACOR — Association des cinémas de l'ouest pour la recherche
bureaux : Port de Vallée - 49320 ST-SULPICE-SUR-LOIRE - FRANCE
tél : + 33 2 41 57 11 08 - tél : + 33 2 41 57 14 03
présidente : Geneviève Troussier >genevieve.troussier@club-internet.f
/ 06 80 32 36 21
contact : Catherine Bailhache cafbailhache@free.f
/ 06 88 37 32 65


ACRIF


Addoc
Association des cinéastes documentaristes
14, rue Alexandre-Parodi
75010 Paris
tél: (+33) (0) 1 44 89 99 88
ATTENTION NOUVEAU fax: (+33) (0) 1 44 89 89 11
courrier@addoc.net
http://www.addoc.net


ALHAMBRA CINEMARSEILLE alhambra13@wanadoo.f
2, rue du Cinéma
13016 MARSEILLE
tél : 04 91 46 02 83 www.alhambracine.com


Association Ardèche Images - Lussas


Atmosphères 53
Antoine Glémain - directeur
antoine.glemain@atmospheres53.org
Willy Durand - responsable des programmations
willy.durand@atmospheres53.org
12, rue Guimond des riveries
53100 Mayenne
tél : 02 43 04 20 46
fax : 02 43 04 96 48
contact@atmospheres53.org


Autour du 1er mai


CAFE DES IMAGES (Hérouville Saint Clair)


cinéma de l'étoile
Cinéma du réel



Comité du film ethnographique



Comptoir du Doc


 

Ciné Nantes- Le Cinématographe
Site : www.lecinematographe.com


Films documenataires
Le village - 07170 Lussas
tél. 04 75 94 24 54
contact@docnet.fr
Doc Net Films


Documentaire sur Grand Ecran
52 Avenue de Flandre
F-75019 Paris
Tel : 33 1 40 38 04 00
Fax : 33 1 40 38 04 75
info@documentairesurgrandecran.fr www.doc-grandecran.fr


La Caravane Aboie
Collectif pour la promotion et la diffusion du documentaire de création
86, rue Ordener
75018 Paris
Email :
La Caravane Aboie
Site : http://www.lacaravaneaboie.com


Les Ecrans Documentaires
site: www.lesecransdocumentaires.org


Les yeux de l'ouie
Contact Ève Chambrot :
06 10 52 28 87

email : les yeux de l'ouie


FESTIVAL DEI POPOLI
Istituto Italiano per il Film di Documentazione Sociale ONLUS
Borgo Pinti, 82/R
50121 Firenze - Italia
Tel. 0039 055 244778
Fax 0039 055 241364
Email: >festivaldeipopoli@festivaldeipopoli.191.it
http://www.festivaldeipopoli.org


FID Marseille


Festival International du film - Entre Vues



FESTIVAL ZINEBI (Bilbao)


Filmer à tout prix


GNCR
Site : www.cinemas-de-recherche.org


Gulliver
contactgulliver@altern.org


Images en bibliothèques


 

Lussas
Association Ardèche Images
Les États Généraux du Film Documentaire

Tel : 04 75 94 28 06
http://www.lussasdoc.com
lussas.documentaires@wanadoo.fr

La Maison du doc’, centre de ressources sur le cinéma documentaire
Tel : 04 75 94 25 25

www.lussasdoc.com
lussas.maison@wanadoo.fr

Le Master 2 de Réalisation de documentaire de création
Tel : 04 75 94 05 31

http://www.lussasdoc.com
lussas.école@wanadoo.fr


La formation à l’écriture documentaire ou « résidence d’écriture de lussas »
Tel : 04 75 94 05 31
www.lussasdoc.com
lussas.école@wanadoo.fr

Les Rencontres de juin de Lussas


Les Rencontres de juin de Lussas

Tel : 04 75 94 05 31
www.lussasdoc.com
lussas.école@wanadoo.fr


Les Rencontres de Saint Laurent

Tel : 04 75 94 05 31
www.lussasdoc.com
Lussas.école@wanadoo.fr


 

Périphérie
site : www.peripherie.asso.fr


Le P' tit Ciné diffusion
Javier Packer-Comyn
rue du fort, 5 - 1060 Bruxelles - Belgique
tél / fax : 00 32 (0)2 538.17.57
Contact : leptitcine@belgacom.net ou contact@leptitcine.be
Réservations : reservations@leptitcine.be
Site web : www.leptitcine.be


Peuple et Culture Corrèze
51bis rue Louis Mie 19000 Tulle
Tel. 05 55 26 32 25
fax. 05 55 26 88 95
mail : peupleetculture.correze@wanadoo.fr
site : http://perso.wanadoo.fr/pec19


Peuple & Culture Marseille
52 rue Abbé de l’Epée 13005 Marseille
Tél. : 04 91 42 87 63
ou : 06 80 65 36 26
peupleculture.marseille@wanadoo.fr

Haut de page


VOIR&AGIR
La Cathode

119, rue Pierre Sémard
93000 BOBIGNY

01 48 30 81 60
voireagir@wanadoo.fr
www.voireagir.org

Haut de page