Accueil

Estelle Pianet

de la main à la main

Le projet s'inscrit dans le prolongement des actions précédentes. Il s'articule autour de la notion de territoire et de frontière et prend appui sur l'actualité.
Deux questions me servent de point de départ :
Pourquoi cet étranger qui provoque en moi des réactions contraires à la fois amies et ennemies ?
Quelles réponses pour une action personnelle ?

" Premier postulat : je n'attends pas une hypothétique solution politique et/ou économique; J'interviens avec les moyens qui sont les miens, "je me prends en main".
" Deuxième postulat : si j'observe l'autre de plus près, il y a des chances pour que l'histoire qui lui est propre me touche et que j'aie envie de lui "porter main forte".
" Troisième postulat : l'alternative se trouve "entre nos mains", entre celles de l'étranger et les miennes.

‹ Je photographie précisément des mains d'hommes, de femmes et d'enfants de façon à pouvoir y lire leur "cartographie personnelle". Chaque main est à la fois un territoire étranger singulier et à la fois commun à tous.
‹ Je reproduis les photographies sur des tracts dont le format épouse la taille de chacune des mains. En parallèle j'applique dans la ville, aux endroits où l'on pose machinalement la main par habitude (comptoirs, poignées, rampes), des expressions familières (2) et/ou citations qui invitent à l'action.
‹ Je donne à voir les reproductions de mains aux habitants de Tulle en distribuant les tracts de la main à la main.

Un peu plus tard dans l'année, je prévois de faire des distributions de tracts déjà existants dans différents points stratégiques de la ville puis d'initier une discussion ouverte à partir de l'ensemble de ce qui aura été montré à Tulle.

(1) L'origine du mot main en grec signifie "je connais, j'aime"; la main est symbole de connaissance, elle est notre principale extension pour appréhender le monde, pour entrer en contact avec l'autre (la prise de contact la plus répandue étant la poignée de main). La main nous permet d'aller à la conquête de nouveaux territoires mais aussi de donner et recevoir dans une relation bienveillante. Certains y voient les marques de la personnalité et de la destinée. Les chinois la considère comme un vecteur d'énergie essentiel et comme l'ambassadrice de l'âme.
(2) Prendre en main - se faire la main - avoir en main - porter main forte - tendre la main - de la main à la main - donner en main propre - prêter la main - de mains en mains - changer de main - passer la main - en de bonnes mains - reprendre la main - garder la main - un coup de main - garder les mains libres.

Treize personnes choisies pour leurs diversités culturelles ont raconté une rencontre ou un évènement qui a changé leur façon d¹être.
"Passer la main" est l'interprétation de ces récits.
Le public est amené à se déplacer vers les différents interprètes et à s'approcher des écrans pour entendre leurs voix.
Cette action ne sera pas suivie d'un vernissage mais d'une rencontre ultérieure où vous pourrez questionner Estelle Pianet sur l'ensemble de ces actions intitulées "c¹est le geste qui compte".
Des récits de Didier Christophe, Frédéric Kowalsky, Louise Teyssandier, Madegee Ummavassee, Manée Teyssandier, Mélanie Saint-étienne, Pierre Diederichs, Sylvie Christophe et d¹autres qui ont préféré rester anonymes

interprétés par
Caroline Alfaré, Florent Moussour, Hélène Chapu, Josiane Choquet, Lionel Teixeira, Marie Billamboz, Marilyne Mertens

préparés par
Iris Bugl (souffle et voix)

sur une idée de
Estelle Pianet

 

Biographie

Étudiante à l'école d'arts de Besançon de 1987 à 1992, Estelle Pianet obtient son diplôme en réalisant une installation, qui tout en prenant une forme artistique interrogeait "la communication".
Elle poursuit ensuite un troisième cycle post-diplôme, durant lequel elle développe l'idée de frontière. Elle met en parallèle les frontières territoriales et ses propres frontières : celle du corps, de l'esprit, des sens, de la culture. Il s'agissait de ses premiers questionnements quant à la manière d'approcher l'autre.

De 1993 à 2000, elle exerce la profession de graphiste en tant que salariée puis en indépendante ce qui l'amène à poursuivre sa réflexion critique concernant la communication visuelle et à développer un engagement particulier dans ce domaine.

Depuis 1997, elle se consacre à la conception et à la réalisation de tracts intitulés " c'est le geste qui compte ". Chacun des tracts dénonce l'une de nos attitudes face à la société de consommation et propose d'adopter un comportement " résistant " et actif. Estelle Pianet préconise l'action directe, la propagande active en insistant sur les nécessités de la vie et de l'action indivivuelle, plus que sur les principes théoriques coupés de la réalité.

Elle interpelle le passant dans les lieux publics, en le détournant de son itinéraire quotidien et routinier. Le geste de donner contient toute la tension d'un face-à-face et trouve sa justification dans la relation directe entretenue de la main à la main à un moment précis dans un lieu donné. Prendre un tract, c'est prendre conscience du lien qui nous unit à l'autre, c'est prendre le risque d'être touché.

En juin 2000, Estelle Pianet. est invitée au festival d'affiche de Chaumont intitulé "l'engagement sous toutes ses formes". Elle décide alors de s'introduire dans des lieux non conformes aux actions artistiques pour aller au devant d'un public néophyte, moins acquis que les festivaliers. Dans le même temps, elle négocie la reproduction de trois tracts dans le journal municipal de la ville ; c'est une façon de glisser son grain de sable dans la com-munication consensuelle que les élus adressentpériodiquement aux citoyens.

Depuis deux ans, Estelle Pianet. participe au festival de l'éphémère de Fontenay-sous-Bois. En aôut 2000, elle réalise une affiche qui dénonce la publicité. En août 2001, elle crée deux affiches dans le but d'éveiller la conscience de chacun pour lutter contre l'effet de serre.
Estelle Pianet. née en 1967, vit et travaille à Villersexel, Franche-Comté. Elle est chargée de cours à l'école d'art de Belfort ainsi qu'au lycée Pasteur à Besançon.



CV

Activités professionnelles actuelles
[97/2001] Je poursuis une réflexion critique face à la société de consommation et propose d'adopter un comportement résistant et actif. J'utilise le tract et l'affiche comme support de communication.
[95/2001] à l'Ecole d'art Gérard Jacot / Belfort j'initie au graphisme et aux nouvelles technologies de l'information un public en cours de formation professionnelle. [95/2001] Au Lycée Pasteur / Besançon j'enseigne la communication visuelle et des nouvelles technologies de l'information en classe de BTS.

Activités professionnelles antérieures
[95/2000] graphiste indépendante / Franche-Comté J'ai principalement travaillé dans le domaine institutionnel et culturel : Mairie de Besançon, Conseil Régional de Franche-Comté, District de l'agglomération Bisontine, bibliothèques et médiathèques de Belfort, Centre National de la Fonction Publique Territoriale, Centre Chorégraphique National de Franche-Comté, Association pour les Musiques Improvisées, Centre de développement des relations humaines.

[94/95] Atelier Michel Bouvet / Paris (CDI) J'ai conçu, réalisé et suivi la fabrication de documents tels que des livres d'artiste, des plaquettes, des identités visuelles, des journaux, des programmes, une signalétique.

Diplômes
[1993] Troisième cycle post-diplôme / école d'Art de Besançon J'ai travaillé sur le thème de la frontière ; mon projet à été suivi ponctuellement par des intervenants extérieurs à l'école dont Catherine Zask, Michel Bouvet, Peter Knapp, Tadeusz Lewandowski, Alex Jordan, Alain Lequernec et Pierre Bernard.
[1992] Diplôme National Supérieur d'Expression Plastique Option design-graphique (mention : félicitations du jury)
[1990] Diplôme National d'Arts Plastiques Option design-graphique (mention : félicitations du jury)
[1987] Baccalauréat série A3 Lettres et Arts

Membre de jury
[2001] Jury DNAP / école d'Art de Mulhouse
[95/2001] Jury BTS Arts Appliqués / éducation Nationnale
[1993] Jury de pré-sélection du Festival Vidéo / Centre International de Création Vidéo

Exposition
[1998] Commissaire d'exposition / école d'Art de Belfort à travers l'exposition " la passion des lettres, correspondances ", j'ai développé les aspects historiques et actuels de la correspondance. J'ai présenté des papiers à en-tête du XIII ème et XIX ème, des cartes postales surréalistes, des lettres de cantinière, des timbres d'artistes, ainsi que des identités visuelles réalisées par des graphistes contemporains.
Pratique de l'informatiqueMacintosh : Page maker, X press, In Design, Illustrator, Photoshop,SoundEdit, After Effects

 
 


Haut de page .|Présentation et historique de PEC Arts plastiques. | Artobus.| Atelier souffle |Atelier d'écriture | Atelier théâtre | Atelier chanson | Échanges internationaux | Droit de questions | Défilé performance | Pays Paroles Images Statut de l'artiste plasticien

e-mail Peupleetculture.correze@wanadoo.fr