Accueil      

Peuple et Culture en partenariat avec

les 7 collines

Présentent une exposition de

Majida KHATTARI :

Art-Action
Tendance 2003, 2004...

Du 14 mai au 6 juin 2003
tous les jours sauf dimanche et samedi 31 mai
au Théâtre de Tulle
8, quai Aristide Briand
19000 Tulle
Vernissage mercredi 14 mai 2003 à 18 h dans le hall du théâtre

 

Les stylistes du monde entier adorent la femme, la beauté, la paix.
Mais ce printemps, la mode est à la guerre.
C'est à vous de choisir, de composer. Toutes les combinaisons sont possibles.
Quel est le style qui vous plaît ?

Ces vêtements-sculptures en forme de burkha afgane sont décorés des signes d'un intégrisme autant occidental qu'oriental.
Ils montrent en matières et en couleurs ce que d'autres ont eu le courage de dire et d'écrire. Ils expriment tous les mélanges de l'horreur, tous les amalgames de la propagande, tous les mensonges et les manipulations de l'image, de l'argent et de la religion, qui nous mènent depuis vingt ans vers des conflits qui n'ont aucun lieu d'être, dans un monde dont les habitants dans leur immense majorité veulent la paix.

Pour sa collection présentée à Tulle, Majida Khattari habille des mannequins superbes - comme vous et moi - avec des vêtements durs à porter :


 

Le visage des dictateurs : toiles de coton noir avec grille, toile de coton blanc avec
portraits sérigraphiés des grands leaders.

 

La robe puissance : drapeau américain et jean, la politique d'une économie qui envahit le monde.

 

La robe treillis : tissu de camouflage cousu avec fil de fer, bandes élastiques au niveau
de la tête "pour créer une certaine souplesse".

 

Ces vêtements-sculptures en forme de burkha afgane sont décorés des signes d'un intégrisme autant occidental qu'oriental. Ils montrent en matières et en couleurs ce que d'autres ont eu le courage de dire et d'écrire. Ils expriment tous les mélanges de l'horreur, tous les amalgames de la propagande, tous les mensonges et les manipulations de l'image, de l'argent et de la religion, qui nous mènent depuis vingt ans
vers des conflits qui n'ont aucun lieu d'être, dans un monde dont les habitants dans leur immense majorité veulent la paix.

 

 

 

 

Quelle est votre tendance ? Quel est votre engagement ?

Alors que des engins meurtriers sont déjà à l'œuvre, la beauté semble interdite. Mais
elle peut encore lever la voix - avant de descendre dans la rue.
En solidarité avec les civils irakiens, mais aussi avec les américains toujours plus
nombreux qui disent "pas en notre nom", Majida Khattari offre la surface blanche de La
robe pétition, où chacun pourra s'engager publiquement du côté de la paix, en signant
son nom sur ce vêtement- sculpture vivant qui dit " NON A LA GUERRE ".
Pour beaucoup de gens - simples citoyens, personnalités, policiers, hommes politiques - cette signature était sans doute facile à donner. Mais à quoi engage-t-elle pour la suite?
L'exposition montre les robes de cet "Art-action", mais elle raconte également comment le défilé a été organisé. Ce que l'on voit, c'est une initiative personnelle, une idée artistique, qui rencontre le désir et l'enthousiasme de quelques amis, avant de devenir un événement public. Multipliez cet enchaînement jusqu'à l'échelle du monde, et vous aurez une idée de ce que veut dire "mouvement social" aujourd'hui.
Ces petits laboratoires de la contestation politique sont voués à se reproduire et à se diversifier, à une époque où les grands partis sont incapables de rassembler plus qu'un semblant d'adhésion
Si l'art a quelque chose de politique à dire aujourd'hui, c'est moins avec l'image elle-même, qu'avec l'engagement que celle-ci permet. Derrière la surface blanche que vous avez peut-être signée, il y a des personnes qui s'impliquent, qui fabriquent les robes et qui les portent, en cherchant de cette façon à donner un sens à quelques mots désuets, comme démocratie, espace public, ou encore, paix.
A quoi s'engagent les personnalités, les policiers, les hommes politiques et les simples citoyens, quand ils signent une pétition vivante, portée par un individu du commun?
Derrière les actions de l'art, il y a tout un style de vie. "Composer avec l'air du temps" - c'est à cela que l'exposition vous invite.

Brian Holmes

 

Cette "art-action" de Majida Khattari a déjà été expérimentée à plusieurs reprises en
janvier dernier aux abords des défilés haute couture à Paris.


Nom des personnes ayant porté les vêtements à
Paris :

Paola Salerno
Jacques
Raul Colosimo
William de Carvalho
Bouchra Khattari

Cette "art-action" a aussi été présentée à Tulle

Nom des personnes ayant porté les vêtements à Tulle:

Patrick Fabre,
Olivier Durin,
Bernard Mullet
Marina Trahay
Josette Pouget
Josiane Choquet
Martine Fleygnac
Geneviève Leymat
Jean Richard.

avec le concours du
Conseil régional du Limousin,
du Ministère de la Culture, DRAC Limousin
et de la ville de Tulle.

 

 
Majida Khattari

''J'habite Paris depuis 1988, j'avais vingt-deux ans quand j'ai quitté Casablanca. J'y retourne voir ma mère trois fois par an. Mais, à force de présenter mes défilés en France, en Europe, toujours dans des pays riches et démocratiques, j'ai commencé à me demander ce que je pouvais faire dans mon pays natal, pour accompagner l'ouverture politique du régime. Je me suis aperçue que je ne connaissais pas la ville ni ses habitants. J'ai vécu dans un milieu familial très protégé, symbolisé par l'appartement de ma soeur, rue d'Agadir, dont le balcon panoramique domine un centre ville dense, architecturé. La ville coloniale et bourgeoise est blanche et bleue comme la mer le long des plages aménagées de la Corniche. La ville des pauvres, bricolée, brûlée par le soleil, est cassée, jaune comme la terre, dans le quartier de Sidi Othman comme dans le bidonville de El Hank. Et les robes que je dessine, quelle est leur couleur ?
L'idée de dessiner des robes qui figurent la situation des femmes dans l'islam contemporain m'est venue en 1995, au moment des polémiques sur le foulard islamique : fallait-il accepter dans les écoles de la République des jeunes femmes voilées ? Je présente ces robes dans des défilés conçus comme des performances. Ce ne sont pas des prototypes, et je n'ai jamais collaboré avec l'industrie de la mode. Mais je reconnais volontiers que mon travail résulte du goût que j'ai toujours eu, depuis mon adolescence à Casablanca, pour le contraste de l'apparat moderne du corps féminin avec les normes de la tradition islamique. Je suis une musulmane vivant en France, j'adhère à l'Islam, mais je tiens à dénoncer les usages répressifs de la foi et de l'ignorance (55 % d'analphabétisme au Maroc) dans tout régime théocratique.''

Repères biographiques
Née en 1966 Erfoud, Maroc. Vit et travaille à Paris
Formation
1989 Diplôme de l'École des beaux-arts de Casablanca, (Maroc)
1995 Diplôme national supérieur d'arts plastiques, Ensba, Paris (France)
Expositions personnelles
1996 Défilé/Performance, École nationale supérieure des beaux-arts, Paris
1997 Défilé/Performance, galerie Thaddeus Ropac, Paris Défilé/Performance, dans le cadre du Festival de l'imaginaire, théâtre de la maison des cultures du Monde, Paris Expositions collectives (sélection)
1992 SAGA, fondation Peter Stuyvesant, Paris
1996 Novembre à Vitry, Vitry-sur-seine (France)
1998 À quoi rêvent les années 90. 2e volet, maison populaire, Montreuil (France) 29e Rencontres internationales de la photographie, Arles (France) Meditéranea, musée botanique, Bruxelles (Belgique) 1998/99 Premises, Guggenheim museum Soho, New York (États-Unis)
1999 Heaven, Kunsthalle, Düsseldorf (Allemagne) New French Art, Setagaya Art Museeum, Tokyo (Japon) Mariane, centre culturel François Mitterrand, Beauvais (France) Nous nous sommes tant aimés, Ensba, Paris
2000 Défilé/Performance à Tulle
2001 Réalisation d'un film : " A quoi rêvent les jeunes filles?"
Nouveau Défilé performance à Beaubourg à Paris
Participation à l'exposition collective Des Territoires à l'ENSBA de Paris
2002 Présentation de son film à Beaubourg
Exposition Exil et retour à Tulle (avril)
Défilé Performance 2 à Avignon (juillet)


Quand le documentaire donne envie de changer le monde

Haut de page .|Présentation et historique de PEC Arts plastiques. | Artobus.| Atelier souffle |Atelier d'écriture | Atelier théâtre | Atelier chanson | Échanges internationaux | Droit de questions | Défilé performance | Pays Paroles Images Statut de l'artiste plasticien

e-mail Peupleetculture.correze@wanadoo.fr